Coronavirus : la République tchèque a gardé 680 000 masques et respirateurs destinés à l'Italie

Le matériel envoyé par la Chine a été gardé par mégarde au niveau des douanes tchèques, selon une enquête du quotidien italien "La Repubblica". Prague a admis une erreur. 

Une employée d\'un fabricant de masques, le 19 mars 2020, à Vigevano, en Lombardie.
Une employée d'un fabricant de masques, le 19 mars 2020, à Vigevano, en Lombardie. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Détournement de masques. La République tchèque a admis avoir gardé par erreur 680 000 masques et respirateurs envoyés par la Chine et destinés à l'Italie, selon une enquête du quotidien italien La Repubblica (en italien), publiée samedi 21 mars. Pays le plus touché par l'épidémie de coronavirus avec 4 825 morts, l'Italie vit un scénario que redoutent tous les autres, avec dans certaines régions une contagion qui paraît hors de contrôle et une saturation des capacités de soins.

Initialement, Prague avait annoncé avoir saisi une grosse quantité de matériel à des entreprises qui auraient tenté de spéculer sur leurs coûts, mais le chercheur tchèque Lukas Lev Cervinka a lancé l'alerte en signalant que les étiquettes des cartons de masques, montrées à la télévision, indiquaient que le matériel venait de Pékin et était destiné à l'Italie. 

Après enquête, les autorités ont effectivement admis que les masques provenaient bien d'une livraison de la Croix-Rouge de la province chinoise du Zhejiang destinée à l'Italie. Le gouvernement tchèque n'a toutefois pas précisé comment les colis s'étaient retrouvés sur son territoire. "Le ministère de l'Intérieur regrette ce malentendu et est en train de discuter avec la province du Zhejiang pour résoudre le problème", indique le ministère de l'Intérieur tchèque dans un communiqué.