Coronavirus : la reine Elizabeth II appelle les Anglais à "faire face avec sang-froid"

La reine Elizabeth II a fait une allocution rarissime dimanche 5 avril au soir. L'ancien ministre britannique des Affaires européennes (Parti travailliste), Denis MacShane, est l'invité du 23h.

Lorsque la reine parle, le peuple écoute. "C'est une femme, la mère de la nation, à 93 ans, avec son mari de 98 ans. Ce qui m'a frappé, ce sont ses références à la Seconde Guerre mondiale", avoue Denis MacShane, l'ancien ministre britannique des Affaires européennes du Parti travailliste. "L'idée que c'est la même chose que le Blitzkrieg. Elle a fait une référence à un de ses discours de 1940, avec sa petite sœur parlant des enfants évacués. C'est un peu la nostalgie, cette idée de l'Angleterre un peu à part du monde. C'était direct", ajoute-t-il.

Union nationale ?

L'objectif est-il de rassurer la population et maintenir une union nationale ? "L'union, chez nous avec les Écossais… je ne sais pas. C'était un appel pour rester calme, unis, faire face avec un sang froid qui est très Anglais. Mais on a de moins en moins confiance avec le gouvernement. Pas parce qu'il est incompétent, mais parce que Boris Johnson est absent (il va avoir un enfant et est hospitalisé depuis dimanche 5 avril, ndlr). On a l'impression qu'il n'a pas le contrôle", explique Denis MacShane. La reine a parlé de discipline, faut-il durcir le confinement ? "On peut tâcher de le faire, mais nous avons l'habitude de sortir dans les parcs pour flâner, piqueniquer ou faire une petite marche avec le chien. Et dire aux Anglais de rester à la maison serait assez difficile", complète-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ancien député travailliste britannique Denis MacShane en 2013.
L'ancien député travailliste britannique Denis MacShane en 2013. (CARL COURT / AFP)