Coronavirus : la région Grand Est s’organise pour lancer des commandes de tests sérologiques

Fortement touchée par l'épidémie, la région a créé une entreprise exclusivement dédiée à l’achat de trois millions de tests et à leur distribution future, en vue du déconfinement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des tests sérologiques pour le Covid-19 effectués dans un laboratoire de Colmar, dans le Haut-Rhin, le 14 avril 2020. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Il n'est pas question de revivre la même situation qu’avec les masques de protection, pas question d’en manquer quand on en aura besoin. C’est le message de Jean Rottner, président de la région Grand Est, fortement touchée par l'épidémie de coronavirus. Alors il veut prendre les devants, en créant la société Dynamise, une entreprise exclusivement dédiée à l’achat de trois millions de tests et à leur distribution future, avec la Banque territoriale et le Crédit Mutuel.

>> Suivez les dernières infos sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Jean Rottner est d’ores et déjà en lien avec des laboratoires et n’attend plus que la certification des tests pour signer le bon d’achat. "L'idée, c'est de les commander le plus tôt possible, de les stocker, et d'attendre que la doctrine de l'État soit fixée", explique-t-il. "En fonction de la doctrine de l'État, de pouvoir les utiliser et les rendre au grand public, aux professionnels, aux entreprises, aux collectivités locales."

Moi je préfère un déconfinement préparé, assumé et anticipé, qu'un déconfinement confus.

Jean Rottner

à franceinfo

La région Grand Est espère pouvoir lancer les premières commandes d’ici deux semaines maximum. Elle attendra ensuite les consignes du gouvernement pour distribuer au mieux les tests et les répartir équitablement sur tout son territoire. Jean Rottner se dit aussi favorable au tracking, au suivi des personnes grâce à leur smartphone, pour repérer les lieux probables de contagion. Un atout supplémentaire dans la lutte contre le virus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.