Coronavirus : la RATP veut faire passer son offre de transports de 30 à 70% au moment du déconfinement

Catherine Guillouard, la présidente de la RATP, appelle cependant les entreprises à prolonger le télétravail. Elle estime aussi que, la distanciation sociale dans les transports, n'est pas faisable.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Catherine Guillouard, présidente de la RATP, le 28 août 2018. (JOEL SAGET / AFP)

La RATP envisage de faire passer son offre de transports sur son réseau de 30% à 70% au moment du déconfinement, à partir du 11 mai, annonce vendredi 24 avril sur France Inter, Catherine Guillouard, la présidente de la RATP. "C'est un exploit", précise-t-elle, car avec les mesures de confinement liée au coronavirus, l'offre a été réduite. "Aujourd'hui, il n'y a que 4% de fréquentation sur le réseau, c'est-à-dire que d'habitude, quand nous produisons 12 millions de voyages lors d'une journée normale, nous en avons actuellement 500 000", détaille la présidente de la RATP.

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

Les lignes de métro automatiques 1 et 14 vont circuler à 100% de leur offre au moment du déconfinement, annonce la présidente.

L'offre a d'ores et déjà été ajustée trois fois en un mois en Seine-Saint-Denis, là où il y a encore une "fréquentation importante" : "Les bus sont passés de 30 à 50%, les trams vont passer de 30 à 60%, c'est-à-dire que nous sommes en état de monter les fréquentations de trams jusqu'à 60%, et à partir d'aujourd'hui, la ligne 13 va fonctionner à 40% de son offre. Lundi, nous passerons à 50%".

La RATP mène un "travail très intensif" pour arriver à renforcer son offre avec des effectifs en moins. "8 500 personnes sont soit en arrêt maladie, soit en garde d'enfants", explique Catherine Guillouard. Il y a deux ou trois semaines, ce chiffre était même de 12 000 personnes.

Les masques oui, la distanciation sociale, non

La présidente de la RATP est également revenue sur le port des masques pour les salariés. Ils ont été distribués à partir du 8 avril, soit 48 heures après la décision de la médecine du travail qui demandait au groupe d'en distribuer. "Chaque salarié qui ira travailler aura une dotation de masques, soit chirurgicaux soit tissu, la médecine du travail nous a bien dit qu'on pouvait distribuer soit l'un soit l'autre et à raison de deux par jour", précise Catherine Guillouard sur France Inter.

Concernant les règles de distanciation sociale dans les transports voulues par le gouvernement, ce n'est pas faisable selon la présidente de la RATP. "Ce n'est absolument pas une question de rentabilité mais de faisabilité mais aussi de savoir si on veut rallumer l'activité économique ou pas", déclare-t-elle. Le respect de la distanciation sociale ne permettrait pas, selon elle, à la RATP d'atteindre 70% de son offre, comme prévu.

Comme on va faire 70% de notre offre, cela fait 8 millions de voyage par jour. Si on appliquait la distanciation sociale, on ne ferait que deux millions de voyage par jour.

Catherine Guillouard, présidente de la RATP

à France Inter

Catherine Guillouard appelle les entreprises à continuer le télétravail "pendant un certain temps". La présidente de la RATP demande également que des sanctions soient mises en place dans les transports pour non-port du masque. "Si nous obligeons à porter le masque, il faut qu'il y ait aussi des sanctions. Donc nous sommes prêts à y participer, il faut nous donner la base légale et réglementaire pour le faire", soutient-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.