Coronavirus : la préfecture de Gironde lance un plan pour protéger les sans-abri face au risque de contamination

La préfecture annonce que 146 places de déferrement vont ouvrir dans le département pour y amener les sans-abri contrôlés positifs au Covid-19 qui n'auront pas besoin d'être hospitalisés. Ils y seront suivis quotidiennement par une équipe médicale.

Un sans-abri marchant dans les rues de Bordeaux, le 19 mars 2020.
Un sans-abri marchant dans les rues de Bordeaux, le 19 mars 2020. (LAURENT THEILLET / MAXPPP)

Quatre jours après le début du confinement en France, pour lutter contre la propagation du coronavirus, la préfecture de Gironde annonce une série de mesures pour protéger les sans-abri, particulièrement exposées au virus, rapporte vendredi 20 mars France Bleu Gironde.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Parmi ces mesures, un centre de déferrement de 12 places a ouvert, vendredi 20 mars, où pourront être amenés les sans-abri contrôlés positifs au Covid-19, mais dont l'état ne nécessite pas d'hospitalisation. Ils y seront suivis quotidiennement par une équipe médicale, en lien avec l'Agence régionale de santé. En tout, selon France Bleu Gironde, 146 places de déferrement vont ouvrir dans le département.

Distribution de kits d'hygiène

Par ailleurs, la distribution alimentaire dans la rue, interrompue de samedi à mardi, a été rétablie. Des bénévoles ont pris le relais, après la mise en retrait des bénévoles plus âgés des Restos du cœur. Des kits d'hygiène seront distribués à partir de la semaine prochaine et la préfecture promet qu'elle veillera à l'accès à l'eau dans les squats et les bidonvilles.

Pour la préfète de Gironde, Fabienne Buccio, la priorité n'est pas de verbaliser les sans-abri : "La contravention n'est pas ce qui est le plus efficace, on utilise donc d'autres moyens comme la discussion et l'accompagnement". Ainsi, les médiateurs de rue de Bordeaux continueront d'aller à la rencontre des sans-abri ne présentant pas de symptôme et des affiches rappelant les mesures barrière ont été imprimées en une vingtaine de langues différentes.