Coronavirus : la pandémie aggrave la malnutrition des enfants, selon l'Unicef

Près de 7 millions d'enfants supplémentaires dans le monde pourraient souffrir des effets de la crise économique et sociale causée par la pandémie de Covid-19, selon le Fonds des Nations unies pour l'enfance.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un enfant hospitalisé au Yemen, le 27 juin 2020, alors que la pandémie de coronavirus aggrave la pauvreté et la malnutrition dans le pays. (MOHAMMED HAMOUD / ANADOLU AGENCY / AFP)

Les conséquences indirectes du coronavirus se multiplient. Près de sept millions d'enfants supplémentaires dans le monde pourraient souffrir des effets de la malnutrition à cause de la crise économique et sociale causée par la pandémie de Covid-19, selon une estimation de l'Unicef publiée mardi 28 juillet.

Avant la pandémie de Covid-19, 47 millions d'enfants à travers le monde souffraient déjà en 2019 des conséquences de la malnutrition, perte de poids et maigreur extrême, souligne l'Unicef, le Fonds des Nations unies pour l'enfance. "Cela fait sept mois que les premiers cas de Covid-19 ont été rapportés et il est de plus en plus clair que les conséquences de la pandémie font plus de mal aux enfants que la maladie elle-même", a commenté dans un communiqué la directrice exécutive de l'Unicef, Henrietta Fore.

"La pauvreté et l'insécurité alimentaire ont augmenté"

"La pauvreté et l'insécurité alimentaire ont augmenté. Des services essentiels et des chaînes d'approvisionnement de nourriture ont été interrompus. Le prix des denrées alimentaires a monté en flèche. Le résultat, c'est que la qualité du régime alimentaire des enfants a baissé et que les taux de malnutrition vont augmenter", a-t-elle poursuivi.

L'Unicef s'appuie sur une analyse publiée par la revue médicale The Lancet (PDF en anglais) dans laquelle les chercheurs s'alarment des conséquences de la malnutrition liée à la pandémie de Covid-19 sur les enfants. "L'impact profond de la pandémie de Covid-19 sur la nutrition des plus jeunes enfants pourrait avoir des conséquences intergénérationnelles", estiment-ils, en craignant que cela nuise "à la croissance et au développement de ces enfants".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.