Coronavirus : la Norvège suspend son application de traçage, accusée d'"intrusion" disproportionnée

Cette annonce fait suite à un avertissement de l'organisme national de la protection des données, qui juge l'outil trop intrusif dans la situation épidémiologique actuelle.

Présentation de l\'application norvégienne de traçage contre le Covid-19 sur Google Play.
Présentation de l'application norvégienne de traçage contre le Covid-19 sur Google Play. (INSTITUT NORVEGIEN DE SANTE PUBLIQUE)

La Norvège va suspendre l'utilisation de son application pour smartphones destinée à lutter contre le coronavirus, a annoncé, lundi 15 juin, l'autorité nationale de la santé, s'engageant à effacer toutes les données collectées depuis son déploiement.

Dans un préavis d'"interdiction temporaire" publié vendredi, l'autorité norvégienne de la protection des données, le Datatilsyn, avait estimé que la collecte de données ne pouvait plus être considérée comme raisonnable en termes de confidentialité, au regard notamment de la faible propagation du virus et du "faible taux d'utilisation" de l'application.

Nous ne considérons plus l'application comme une intrusion proportionnée dans la protection des données personnelles de chacun.Le Datatilsyndans un avis rendu le 12 juin

"Nous ne sommes pas d'accord avec cette analyse, mais nous nous voyons contraints de supprimer toutes les données et de mettre notre travail en pause", a réagi l'autorité sanitaire norvégienne. Avec cette suspension, "nous affaiblissons un aspect important de notre dispositif contre une propagation de l'épidémie, car nous perdons du temps dans le développement et les tests de l'application", déplore-t-elle.

Une application utilisée par un Norvégien sur dix

Lancée en avril dans le pays nordique, l'application Smittestopp ("Stop à la contagion"), de conception locale, servait à collecter des données susceptibles d'aider les autorités à analyser la propagation du virus. L'outil permettait également d'informer ses utilisateurs d'une éventuelle exposition à un porteur du Sars-CoV-2.

L'application comptait seulement 600 000 utilisateurs actifs dans un pays de près de 5,4 millions d'habitants. La fonction d'information des utilisateurs à une exposition au virus, testée dans trois municipalités, se heurtait au nombre très peu élevé de nouveaux cas.

En France, l'application StopCovid a été téléchargée 1,5 million de fois mais n'a donné lieu qu'à "une poignée" de notifications, avait rapporté, le 11 juin, le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O.