Coronavirus : le Royaume-Uni maintient bien sa quatorzaine pour les voyageurs en provenance de France

Une première version de cet article affirmait que le gouvernement britannique avait levé les restrictions imposées aux personnes venues de l'Hexagone. L'ambassade a depuis clarifié la note adressée aux voyageurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un voyageur arrive au terminal de l'Eurostar dans la gare de St Pancras à Londres, le 6 mai 2020. (ISABEL INFANTES / AFP)

EDIT : une première version de cet article a été corrigée après la publication, par l'ambassade du Royaume-Uni en France, d'une précision sur le protocole sanitaire pour rejoindre le Royaume-Uni. L'article initial indiquait que la quatorzaine pour les voyageurs se rendant sur le territoire britannique était levée, comme le laissait entendre une note gouvernementale sur le sujet, modifiée depuis. Or, la règle en vigueur n'a pas évolué.

Le Royaume-Uni impose toujours une quarantaine de quatorze jours aux personnes en provenance de l'Hexagone à leur arrivée sur le sol britannique, compte tenu de l'aggravation de la situation épidémique en France. Jointe par franceinfo dimanche 23 août, l'ambassade du Royaume-Uni à Paris a clarifié une note aux voyageurs publiée par le gouvernement britannique vendredi 21 août.

Aucune déclaration sur l'honneur, certifiant que le voyageur n'a pas de symptômes du coronavirus et n'a pas été en contact avec un cas d'infection confirmé au cours des quatorze jours précédant son voyage, n'est requise pour les personnes venant au Royaume-Uni depuis la France, assure l'ambassade britannique à Paris. En revanche, elles devront bien s'imposer une période d'isolement de quatorze jours.

La quatorzaine avait déjà été instaurée début juin par Londres, mais elle avait été levée un mois plus tard, début juillet. En réaction à cette décision, le gouvernement français avait prévenu qu'il appliquerait "la réciprocité" aux pays imposant de telles restrictions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.