Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : la Chine expérimente le bracelet électronique sur des collégiens

Alors que la rentrée scolaire se poursuit en Chine, la ville de Pékin teste des bracelets électronique sur des collégiens. En pleine pandémie de coronavirus, cet objet connecté doit permettre de relever la température corporelle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des élèves portant des masques passent devant un agent de sécurité à leur sortie du collège, à Pékin, en Chine, le 11 mai 2020.  (ROMAN PILIPEY / EPA)

En Chine, après les élèves de terminale et de troisième, leurs camarades des autres classes doivent reprendre les cours le 1er juin prochain. En attendant, la capitale, Pékin, expérimente dès cette semaine un bracelet électronique dans les collèges de plus d'un tiers de ses districts. Xu vient justement de sortir de cours et de laisser le bracelet en plastique noir dans sa classe. Il le décrit : "il y a un morceau de métal qui touche ma peau".

Quand le professeur passe à côté de moi, ma température s'affiche sur son écran de portable.

Xu, élève de troisième

L'adolescent âgé de 15 ans n'est pas gêné par cette nouvelle technologie : "Je sais que c'est bien pour notre sécurité", dit-il. Le bracelet électronique rassure également cette maman d'une élève : "Si la température dépasse 37,2°C, l’élève sera envoyé en urgence au centre médical du collège... C’est très bien ! Les parents n’ont plus de souci".

Une fois l’alerte lancée, la commission éducative est saisie et un dépistage est organisé. Cette expérimentation du bracelet électronique devrait rapidement être étendue par la ville de Pékin. Les écoles étrangères, elles, n'y sont pas favorables du tout.

Bracelet électronique pour les collégiens de Pékin : écoutez le reportage de Dominique André
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.