Coronavirus : la Californie referme ses bars, ses restaurants et ses cinémas

La Californie avait été le premier Etat à imposer un confinement général en mars dernier mais le nombre de cas continue d'exploser depuis plusieurs semaines.

Un centre de test du coronavirus à Los Angeles, en Californie, le 10 juillet 2020.
Un centre de test du coronavirus à Los Angeles, en Californie, le 10 juillet 2020. (FREDERIC J. BROWN / AFP)

Marche arrière toute. Le gouverneur de Californie a ordonné, lundi 13 juillet, un retour à certaines restrictions face à la pandémie de Covid-19. Gavin Newsom a annoncé la fermeture des bars, salles de restaurant en intérieur, cinémas, zoos et aquariums dans tout l'Etat, et d'une série de commerces et services dans une trentaine de comtés à risque, dont Los Angeles. 

Ces dernières restrictions concernent environ 80% des 40 millions d'habitants de Californie et portent pour l'instant sur les centres commerciaux, les salles de sport, les cérémonies religieuses, les manifestations, les bureaux pour les "secteurs non essentiels", ainsi que les coiffeurs et salons d'esthétique.

La Californie avait été le premier Etat à imposer un confinement général en mars dernier mais le nombre de cas continue d'exploser depuis plusieurs semaines et s'établit à près de 330 000, dont plus de 7 000 morts. L'Etat reste l'un des principaux foyers d'infection dans le pays et le comté de Los Angeles représente environ à lui seul la moitié des cas.

Les écoles ne rouvriront pas à Los Angeles

Les écoles de la ville ne pourront donc rouvrir leurs portes aux élèves pour la rentrée le 18 août en raison de l'explosion de cas de coronavirus dans la région, ont annoncé lundi les autorités scolaires. Les cours reprendront bien à la date prévue mais seront dispensés à distance jusqu'à nouvel ordre.

Comme le port du masque avant lui, le dilemme entre éducation des enfants et santé publique est devenu un enjeu politique national. Le président Donald Trump a déclaré la semaine dernière vouloir coûte que coûte que "les écoles ouvrent à l'automne", jugeant les consignes sanitaires en la matière "trop dures" et menaçant de supprimer des subventions fédérales. Gavin Newsom avait rétorqué que la santé des enfants et du personnel éducatif était une priorité "non négociable".