Coronavirus : "La bonne question c'est comment on maintient l'emploi, ce n'est pas comment on fait travailler plus les Français", estime Bruno Le Maire

La question de la dette de la France "se posera plus tard", affirme le ministre de l'Économie et des Finances qui est "convaincu" que "c'est le travail de chacun qui permettra le remboursement".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, dans les studios de franceinfo, le 27 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Des centaines de milliers d'entreprises sont fermées en France à cause du confinement lié à l'épidémie de coronavirus, 10 millions de Français sont au chômage partiel, les comptes de la Sécurité sociale sont très affectés et la dette publique est estimée à 115% du PIB pour la fin de l'année. "Notre responsabilité c'est de faire face. Les finances publiques tiendront, l'État tiendra, l'État tient. Et la dette attendra", a assuré jeudi 23 avril sur franceinfo Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

"Les solutions sur la relance, les finances publiques, viendront le moment venu. Il est trop tôt pour en parler, a jugé Bruno Le Maire. Tout est question de temporalité. Nous faisons face à une crise qui a un impact social, économique, sur l'emploi, nos entreprises, extrêmement brutal. C'est violent pour des millions de Français".

"Le travail de chacun permettra de remboursement de cette dette"

La question du remboursement de la dette "se posera plus tard", renchérit Bruno Le Maire. "Sur le plan financier, il viendra le moment, plus tard où il faudra regarder comment est ce que nous remboursons cette dette". Le ministre dit "avoir toujours été convaincu" que c'est "la croissance, l'activité économique, le travail de chacun qui permettra de remboursement de cette dette".

Le fait de travailler plus n'est pas le problème qui va se poser. Ce sont des industries qui vont tourner à 70% de leur régime et qui vont demander ce qu'ils font de leurs salariés. "La bonne question c'est comment on maintient l'emploi, ce n'est pas comment on fait travailler plus les Français, c'est comment on arrive à faire travailler tous les Français. Ça va être un sacré défi", a projeté Bruno Le Maire.

"Les engagements pris par les enseignes" sont "tenus"

Une prime devait être versée aux caissières et caissiers de supermarché qui ont continué à travailler pendant le coronavirus. Ils affirment ne rien avoir touché. "C'est une affaire de jours ou de semaines, assure Bruno Le Maire.

Ces primes ont été promises, elles doivent être versées.

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des finances

à franceinfo

"Quand j'ai appris que ces primes n'avaient pas été versées, j'ai appelé le président de la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD), Jacques Creyssel, avec qui je suis en contact quotidien pour assurer la sécurité de l'approvisionnement alimentaire et il m'a confirmé que les engagements pris par les enseignes seraient tenus", a déclaré Bruno Le Maire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.