Coronavirus : l'OIT s'inquiète des conséquences de l'épidémie sur le chômage des jeunes

L'Organisation internationale du travail s'inquiète les moins de 24 ans sont généralement davantage touchés par les crises économiques.

L\'épidémie de coronavirus risque d\'avoir des effets importants sur l\'économie, notamment sur le chômage des jeunes.
L'épidémie de coronavirus risque d'avoir des effets importants sur l'économie, notamment sur le chômage des jeunes. (PASCAL GUYOT / AFP)

Les mesures exceptionnelles prises par les gouvernements pour endiguer le nouveau coronavirus devraient avoir des conséquences particulièrement négatives sur l'accès des jeunes au marché du travail, estime l'Organisation internationale du travail, lundi 9 mars.

Présentant le rapport sur les tendances mondiales de l'emploi des jeunes, le directeur du département des politiques de l'emploi de l'organisation, Sangheon Lee, a estimé que ces mesures, qui concernent la consommation et la production, risquaient de toucher plus fortement les jeunes.

De manière générale, les moins de 24 ans sont davantage touchés par les crises économiques : les jeunes ont tendance à occuper des emplois plus temporaires, plus flexibles et plus instables, souvent dans le secteur des services, qui a été durement touché par une forte baisse de la demande des consommateurs depuis le début de l'épidémie. "Si le ralentissement de la consommation lié au Covid-19 se poursuit dans les mois à venir, nous devons nous attendre à de graves conséquences pour les jeunes en termes d'opportunités d'emploi", a déclaré Sangheon Lee.

Une situation déjà précaire 

Selon l'OIT, le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) au niveau mondial devrait légèrement s'accroître en 2020 et 2021. Il a atteint 13,6% en 2019, avec des variations considérables selon les régions, allant de près de 9% en Amérique du Nord et en Afrique subsaharienne à plus de 30% en Afrique du Nord. Globalement, les jeunes ont trois fois plus de risques d'être au chômage que les personnes âgées de plus de 25 ans, selon l'OIT.

Parmi les jeunes qui occupent un emploi, soit 429 millions, 13% sont en situation d'extrême pauvreté, vivant avec moins de 1,90 dollars par jour, tandis que 17% vivent dans une situation de pauvreté modérée, gagnant moins de 3,20 dollars par jour. L'OIT indique par ailleurs qu'un cinquième des 15-24 ans dans le monde n'est pas scolarisé et vit sans emploi ni formation : un phénomène qui ne faiblit pas et qui touche en grande majorité les jeunes femmes.