Cet article date de plus de quatre ans.

Coronavirus : l'épidémie n'est pas encore "derrière nous", déclare Olivier Véran

"Il y a encore deux Français qui chaque heure sont admis dans les réanimations de nos hôpitaux", a indiqué le ministre de la Santé, mercredi, devant l'Assemblée nationale. 

Article rédigé par franceinfo avec Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, à l'Elysée, le 27 mai 2020.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

La situation s'améliore, mais la vigilance reste de mise. Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, l'épidémie de coronavirus est en passe d'être contrôlée mais n'est pas encore "derrière nous", a-t-il déclaré mercredi 27 mai devant l'Assemblée nationale.

"A l'heure à laquelle je vous parle, l'épidémie n'est pas terminée, les indicateurs et les cartographies (...) montrent que nous sommes sur la voie du contrôle de cette épidémie", mais "il y a encore deux Français qui chaque heure sont admis dans les réanimations de nos hôpitaux, l'épidémie n'est donc pas derrière nous", a-t-il ajouté à la veille de la présentation des prochaines étapes du déconfinement en France.

"Conserver l'application des gestes barrières"

"Nous invitons chacune et chacun à conserver l'application rigoureuse des gestes barrières et à porter un masque dès lors qu'ils ne peuvent pas [les] respecter", a poursuivi le ministre, qui s'exprimait à à l'occasion du débat qui sera suivi d'un vote consultatif sur l'application numérique StopCovid.

Le gouvernement veut lancer dans les jours qui viennent cet outil de traçage en vue de la phase 2 du déconfinement. StopCovid permettrait à une personne positive au coronavirus d'alerter automatiquement tous les utilisateurs avec lesquels elle a eu un "contact prolongé" récemment, à moins d'un mètre et durant plus de 15 minutes, afin qu'ils se fassent tester à leur tour. Mais cet outil suscite des inquiétudes sur le respect de la vie privée et des libertés publiques, jusque dans les rangs de la majorité. Plusieurs organisations de défense des libertés ont aussi pris position contre l'application. Les débats à l'Assemblée comme au Sénat dans la soirée seront suivis de votes, non contraignants pour le gouvernement.

Selon le dernier bilan officiel fourni mardi soir, l'épidémie de coronavirus a fait 28 530 morts en France depuis le 1er mars, pour un total de 145 555 cas de contamination sur l'ensemble du territoire.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.