Coronavirus : Jean Castex confirme le port du masque obligatoire dans "les commerces et les lieux recevant du public" clos dès le le 1er août

Le Premier ministre l'indique dans Le Parisien. L'hypothèse d'une telle obligation avait été avancée mardi par Emmanuel Macron, évoquant "par exemple" la date du 1er août.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A l'intérieur du grand magasin Le Printemps, à Paris, le 28 mai 2020. (MAXPPP)

Jean Castex a confirmé, mercredi 15 juillet, que le port du masque serait rendu obligatoire dans "les commerces et les lieux recevant du public" clos au plus tard le 1er août, dans un entretien avec des lecteurs du Parisien. L'hypothèse d'une telle obligation avait été avancée mardi par Emmanuel Macron, évoquant "par exemple" la date du 1er août mais sans préciser les sites concernés.

"Si on constatait avant cette date que l'épidémie reprenait, on avancerait cette échéance mais ce n'est pas la peine d'angoisser la population, a précisé le Premier ministre. Quant aux entreprises, elles doivent gérer au cas par cas, en fonction des situations."

"Plus l'épidémie repartira fort, plus les mesures seront strictes"

Interrogé sur le scénario d'une deuxième vague en France, le chef du gouvernement, ancien monsieur déconfinement de l'éxécutif, indique qu'"un plan prévoyant toutes les hypothèses" a été préparé, "y compris le recours à la quatorzaine dans certains cas". "Plus l'épidémie repartira fort, plus les mesures seront strictes. Mais on dispose désormais d'indicateurs plus localisés qui nous permettront, si cela se révélait nécessaire, par exemple de reconfiner de manière ciblée sur telle ou telle partie du territoire ou d'un département", poursuit Jean Castex. 

Le nouveau coronavirus a fait 26 nouveaux morts depuis lundi dans les hôpitaux et 65 en une semaine dans les Ehpad, ce qui porte le nombre total de morts à 30 120 depuis le début de l'épidémie. Le territoire compte 154 "clusters" actifs, dont la Mayenne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.