Coronavirus : "Il y a eu une diplomatie sanitaire très forte de la Turquie"

La Turquie se déploie sur tous les fronts et multiplie les accrochage avec la France. Emmanuel Macron lui a fait remarquer. Pour en parler sur franceinfo mercredi 23 juin, Dorothée Schmid, spécialiste de la Turquie à l’Ifri.

FRANCEINFO

"L’atmosphère au sein de l’Otan est très tendue. On sent qu’on a une compétition de puissance qui monte entre la France et la Turquie en mer Méditerranée, qui est considérée par chacun comme une zone d’influence naturelle", explique Dorothée Schmidt, spécialiste de la Turquie à l’Institut français des relations internationales (Ifri).

Les militaires turcs sont présents et actifs dans neuf pays, comme l’Irak et la Syrie. En Libye, la Turquie soutient le gouvernement d’union libyen soutenu lui-même par les Frères musulmans. "Recep Tayyip Erdogan compte, pour se maintenir au pouvoir, sur une alliance de partis dans laquelle les nationalistes ont une place charnière. C’est important pour lui de flatter cet électorat", commente la responsable du programme Turquie et Moyen-Orient à l'Ifri.

"La France a un peu perdu pied"

"La France a un peu perdu pied. En Libye par exemple, Emmanuel Macron en appelle à la morale internationale alors que la France se retrouve à soutenir l’adversaire du gouvernement soutenu par la communauté internationale", estime-t-elle.

"Il y a eu une diplomatie sanitaire très forte de la Turquie pendant l’épidémie de coronavirus. La Turquie a un système de santé moderne qui a bien résisté à la pandémie. Elle produit des masques et des équipements médicaux et en a envoyé. Elle a choisi ses destinataires pour améliorer les relations avec tel ou tel pays", conclut Dorothée Schmid. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Dorothée Schmid
Dorothée Schmid (FRANCEINFO)