Coronavirus : "Il n'y aura probablement pas de récidive"

Une deuxième vague pourrait ne pas arriver, selon certains scientifiques. C'est le cas du professeur Yonathan Freund, médecin-urgentiste à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, qui a donné son avis dans le 23 h lundi 25 mai.

"On a beaucoup d'indicateurs et de raisons qui nous font penser que l'épidémie est terminée, a expliqué le professeur Yonathan Freund, médecin-urgentiste à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, sur franceinfo, lundi 25 mai. Il n'y aura probablement pas de récidive à la levée du confinement. L'épidémie a probablement touché une bonne partie des gens qu'elle pouvait toucher, car potentiellement ce virus n'a pas pour cible la population entière. Peut-être qu'une seule partie de la population peut être infectée et donc malade, ce qui changerait complètement la donne et c'est ça la grande inconnue. Si ce virus ne touche que 30 à 40% de la population, alors le taux d'immunisés serait beaucoup plus grand que ce que l'on pense."

Un seuil d'immunité collective encore incertain

Il faudrait donc additionner la partie de ces 40% qui sont sujets au Covid-19 à ceux qui sont déjà protégés ? "Il ne faut pas faire d'extrapolation comme ça non plus. Je dirais que le seuil d'immunité collective donné de 60 à 70% pour que l'épidémie s'arrête, ce sont des modélisations", assure le médecin. Quel est le ressenti aux urgences ? "Comme dans les autres hôpitaux, nous ne voyons plus d'affections aiguës de malades du Covid-19 depuis un mois. C'est sans doute dû au confinement, mais peut-être pas uniquement, parce que dans certaines régions, le confinement n'était pas tout à fait strict…" rappelle Yonathan Freund.

Le JT
Les autres sujets du JT
Image d\'illustration d\'un homme masqué posant avec une seringue.
Image d'illustration d'un homme masqué posant avec une seringue. (CHRISTOPH HARDT / GEISLER-FOTOPRES / AFP)