Coronavirus : il n'y a actuellement "aucune preuve que les animaux domestiques" transmettent le Covid-19, d'après l'Anses

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a réuni en urgence un groupe d’experts spécialisés pour répondre à cette question.

Les hamster font partie des espèces les plus réceptives au Covid-19, selon l\'Anses (illustration).
Les hamster font partie des espèces les plus réceptives au Covid-19, selon l'Anses (illustration). (UWE ANSPACH / DPA)

Après un premier avis rendu le 9 mars dernier et plusieurs cas d'animaux domestiques testés positifs, l'Anses, actualise son expertise. "Des cas sporadiques de contamination d’animaux domestiques ont notamment été décrits et des infections expérimentales ont permis de démontrer la réceptivité de quelques espèces animales au virus", précise l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail dans un communiqué, comme des furets, des hamsters et dans une moindre mesure des chats.

Malgré cela, "l’Anses considère néanmoins qu’il n'existe actuellement aucune preuve scientifique montrant que les animaux domestiques (animaux d’élevage et de compagnie) jouent un rôle épidémiologique dans la diffusion du SARS-CoV-2".

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

Les jeunes chats, les furets et les hamsters sont les plus réceptifs au Covid-19

D'après les experts, les résultats des premières infections animales expérimentales publiées depuis le 9 mars montrent que, "les porcs et les volailles (poulets et canards) ne sont pas réceptifs" au Covid-19, et ce "dans les conditions des deux essais conduits en Chine et en Allemagne". Les chiens "s’avèrent peu réceptifs au virus" dans l’unique étude expérimentale publiée par des chercheurs chinois. Les jeunes chats "sont réceptifs au virus", et d'après les résultats de l’unique essai expérimental réalisé, le jeune chat contaminé présente par la suite "des lésions au niveau de l’appareil respiratoire" consécutives à l’infection, et peut transmettre le virus à un "des chats contacts", (soit un chat évoluant dans la même enceinte mais sans contact direct avec le chat infecté).

D'après ces derniers tests, les animaux les plus sensibles sont le furet et le hamster. Dans les trois études expérimentales publiées, le furet "est réceptif au virus et développe des signes cliniques et des lésions au niveau de l’appareil respiratoire", et la "transmission du virus aux furets contacts" est avérée, tout comme le hamster.

Aucune preuve que les animaux diffusent le virus

"De rares cas de contamination et/ou d’infection naturelle des animaux de compagnie par le SARS-CoV-2, suite à des contacts étroits avec leurs propriétaires eux-mêmes atteints du Covid-19", ont été rapportés précise l'Anses. Mais pour l'Agence, "ces cas restent sporadiques et isolés au regard de la forte circulation du virus chez l’Homme et de l’ampleur de la pandémie actuelle".

Il n'y a donc "dans le contexte actuel et au vu des informations disponibles", "aucune preuve que les animaux domestiques jouent un rôle épidémiologique dans la diffusion du virus" pour l'Anses, qui rappelle tout de même la nécessité de préserver les animaux de compagnie d’un contact étroit avec les personnes malades, comme d’appliquer les mesures d’hygiène de base lors d'un contact avec un animal. Soit, se laver les mains avant et après l'avoir caressé, ou après le changement de litière.