Coronavirus : "Il n'est pas exclu qu'il revienne, il faut rester extrêmement prudent", estime un virologue du CNRS

Alors que la possibilité d'une deuxième vague de Covid-19 en France fait débat parmi les médecins, le Dr Yves Gaudin, virologue et directeur de recherche CNRS, appelle à prendre beaucoup de précaution, jeudi sur franceinfo. 

 Un panneau rappelant les gestes barrière à l\'entrée d\'une école, le 6 mai 2020.
 Un panneau rappelant les gestes barrière à l'entrée d'une école, le 6 mai 2020. (FRANCE BLEU BESANÇON / RADIO FRANCE)

Les effets du déconfinement mis en place le 11 mai ne vont pas tarder à se faire connaître. Le nombre de malades est en baisse. Mais la possibilité d'une deuxième vague de coronavirus en France fait toujours débat auprès des médecins. "Le confinement a permis d'arrêter l'épidémie. Affirmer que cela va repartir ou pas, on va rester extrêmement prudent", a déclaré jeudi 21 mai sur franceinfo le docteur Yves Gaudin, virologue, directeur de recherche CNRS à l’Institut de biologie intégrative de la cellule (I2BC à l’université de Paris-Saclay).

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Dire que toutes les personnes qui devaient être touchées par le coronavirus l'ont été est "excessif", selon lui. "Cela fait dix jours qu'on est dans le déconfinement", rappelle Yves Gaudin, et le nombre de malades est en baisse, "mais attention le redémarrage d'épidémie est toujours très lent, prévient-il, on peut avoir une explosion des mois plus tard".

Pour le Dr Yves Gaudin, "il y aura un caractère saisonnier"

"Les infections respiratoires ont souvent un caractère saisonnier, indique le virologue, le virus a peu circulé. On voit bien qu'il y a des 'clusters' qui réapparaissent. "Le respect des gestes barrière et le beau temps devraient nous aider cet été" à éviter la propagation du virus. "Pour l'instant, l'hypothèse d'une seconde vague en automne n'est pas du tout exclue. Le virus tourne autour de la planète, au Brésil, au Chili, en Argentine. Il n'est pas exclu qu'il revienne. Donc, il faut être extrêmement prudent."