Coronavirus : "Il faut aussi préserver l’intégrité psychique" des personnes âgées, témoigne le directeur d'un Ehpad

"Il faut aussi avoir une attention particulière pour les personnes qui sont accompagnées à domicile", a rappelé Romain Gizolme, directeur de l’Association des directeurs au service des personnes âgées.

Une soignante prend la température d\'une résidente d\'un ehpad, durant la crise sanitaire. Photo d\'illustration.
Une soignante prend la température d'une résidente d'un ehpad, durant la crise sanitaire. Photo d'illustration. (FRANTZ BOUTON / MAXPPP)

"Il faut aussi préserver l’intégrité psychique" des personnes âgées en période de confinement lié au coronavirus, a expliqué lundi 23 mars sur franceinfo Romain Gizolme, directeur de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (Adpa). "Nous sommes donc très attentifs à d'éventuels repli sur soi, troubles du comportement, syndromes de dénutrition… qui pourrait être le signe d'un mal-être au delà de la question de l'intégrité physique", a-t-il affirmé.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

franceinfo : On a appris ce soir à la mort de vingt résidents dans un Ehpad de Cornimont (Vosges), "en lien possible" avec le coronavirus. L'établissement accueille 63 personnes. Est-ce votre crainte qui se réalise ?

Romain Gizolme : Bien sûr, c’est un des éléments de vigilance auquel nous sommes particulièrement attentifs parce que nous savons que la population âgée est particulièrement fragile à l'égard de ce virus. C’est en cela d'ailleurs que l'annonce samedi d'Olivier Véran, indiquant que l'ensemble des professionnels des aides aux personnes âgées pourront disposer de masques, qui est un des éléments de mesure barrière essentiel pour pouvoir continuer d'accompagner ces personnes âgées au quotidien, était extrêmement attendue de la part des professionnels. C'est un élément qui permettra de protéger les personnes âgées. Nous savons que c'est essentiel parce que nous voyons en établissement que, dès lors qu'une personne est atteinte, la proximité peut engendrer d'autres cas et donc une surmortalité. Cela permettra également de protéger les salariés dans leurs activités quotidiennes parce qu'il convient aussi de les préserver précisément pour pouvoir continuer ces accompagnements.

Est-ce qu'il y a déjà des mesures très restrictives qui sont prises pour éviter la propagation du covid-19 ?

Tout à fait. Il y a à la fois des éléments qui sont ceux que nous connaissons bien dans le secteur, puisque nous sommes confrontés aux épidémies de grippe chaque année, avec des mesures barrières comme le lavage de mains, l'utilisation de gel hydro alcoolique et puis des mesures spécifiques dans le cadre de cet épisode de coronavirus, avec notamment des procédures et des protocoles d'isolement, de confinement dans les logements ou sur des étages. Malheureusement, l'épidémie s'étendant sur l'ensemble du territoire, les personnes âgées sont bien sûr elles aussi touchées et en établissement, inévitablement, lorsqu'il y a un cas de coronavirus, il peut s'étendre à plusieurs personnes. C'est extrêmement important d'être très attentif à cela. Il faut aussi avoir une attention particulière pour les personnes qui sont accompagnées à domicile. Si elles vivent dans des domiciles individuels, elles sont aussi victimes de ce coronavirus. C'est en cela que nous mobilisons toutes les énergies des professionnels de terrain, des directeurs et directrices et des pouvoirs publics, pour limiter l'impact de cette épidémie.

Vous évoquiez le confinement des résidents des Ehpad qui sont dans une situation déjà isolée puisque leurs proches ne peuvent plus leur rendre visite. Cela ne risque-t-il pas de renforcer une situation déjà difficile ?

C’est aussi l'un des éléments sur lesquels les professionnels sont très attentifs. Nous savons que les personnes âgées représentent la part de la population la plus sujette au syndrome dépressif. Nous sommes donc très attentifs à d'éventuels repli sur soi, troubles du comportement, syndromes de dénutrition… qui pourrait être le signe d'un mal-être au delà de la question de l'intégrité physique. Il faut aussi préserver l'intégrité psychique. Ça va être un enjeu aussi sur les semaines à venir. Autant chaque Français peut comprendre que il y ait des mesures très particulières, contraignantes, drastiques sur un certain temps autant si nous sommes tenus à un confinement général pendant plusieurs mois la question se posera effectivement de comment nous arrivons à le rendre supportable aussi pour les personnes âgées.