Coronavirus : faut-il maintenir les marchés ouverts ?

Les marchés alimentaires en extérieur sont toujours ouverts en France jeudi 19 mars, ce qui déclenche une polémique quant au respect des consignes contre le Covid-19 ordonnées par le gouvernement. 

FRANCE 2

Il n’y a pas foule au marché jeudi 19 mars, confinement oblige. Les vendeurs s’adaptent. Par exemple, avec des mesures de précaution très concrètes contre le coronavirus, avec l’installation de cagettes pour faire respecter les mesures de distance entre deux individus, rapporte jeudi matin depuis un marché du 15e arrondissement de Paris le journaliste de France Télévisions Madjid Khiat.

Les prix augmentent

Concernant la polémique sur la tenue des marchés alimentaires, marchés qui induisent une promiscuité entre les personnes, "pour l’instant, je pense que ça reste dans la limite du raisonnable dans le sens où tout le monde doit pouvoir acheter à manger. Personnellement, je préfère être sur le marché, à l’air libre, en respectant les distances que l’on nous a imposées, que d’être confinée dans un supermarché avec des gens qui se battent pour avoir trois carottes ou 25 brioches", pense une vendeuse de fruits et légumes. Celle-ci tient à faire respecter les gestes avec la distance et le port de gants. "Il n’y a aucune pénurie alimentaire, mais les prix changent. (…) Je trouve ça inacceptable que des prix augmentent" pendant une épidémie comme celle que nous vivons, ajoute-t-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le marché de la Piazza delle Erbe, à Padoue, en Italie, le 12 mars 2020. 
Le marché de la Piazza delle Erbe, à Padoue, en Italie, le 12 mars 2020.  (ROBERTO SILVINO / NURPHOTO / AFP)