Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : faire accepter le fonds de relance franco-allemand aux autres pays européens sera "difficile", prévient Le Maire

Les négociations doivent avoir lieu lors du Conseil européen de juin, a précisé le ministre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bruno Le Maire à l'issue du Conseil des ministres, le 8 avril 2020 à Paris. (JACQUES WITT / REA / SIPA)

Le gouvernement se prépare à négocier serré. Bruno Le Maire a indiqué, mardi 19 mai, qu'il s'attendait à des discussions difficiles avec certains pays pour parvenir à un accord sur un fonds de relance européen, au lendemain de la présentation d'une proposition franco-allemande.

>> Suivez les dernières informations sur le coronavirus dans notre direct

L'accord franco-allemand est "un accord décisif mais il restera à emporter la conviction d'autres Etats membres, en particulier de quatre Etats : l'Autriche, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas", a déclaré le ministre de l'Economie lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

"Ce sera une partie difficile, il ne faut pas se le cacher", a-t-il ajouté. Les négociations doivent avoir lieu lors du Conseil européen de juin, a précisé le ministre.

Paris veut utiliser ce plan pour "rénover l'hôpital"

Le couple franco-allemand a proposé lundi un plan de relance de 500 milliards d'euros afin d'aider l'Union européenne à surmonter la crise historique engendrée par la pandémie de coronavirus, via un mécanisme inédit de mutualisation de la dette européenne.

La France pourra recourir à ce plan pour "rénover l'hôpital" et soutenir les secteurs frappés par la crise, avait indiqué Bruno Le Maire, qui considère cet accord franco-allemand comme "historique".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.