Coronavirus : Emmanuel Macron "ne souhaite pas de discrimination" des personnes âgées dans le déconfinement, mais "en appellera à la responsabilité individuelle"

L'Elysée explique que le chef de l'Etat a souhaité faire cette mise au point en voyant "monter le débat sur la situation de nos aînés".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une personne âgée remplit une attestation obligatoire nécessaire pour chaque déplacement pendant l'épidémie de coronavirus, le 18 mars 2020. (PASCAL BACHELET / BSIP / AFP)

Emmanuel Macron "ne souhaite pas de discrimination" des personnes âgées dans le cadre du déconfinement progressif annoncé après le 11 mai et donc "en appellera à la responsabilité individuelle" de chacun, a indiqué l'Elysée dans un communiqué, vendredi 17 avril. Le chef de l'Etat a souhaité faire cette mise au point en voyant "monter le débat sur la situation de nos aînés, après les déclarations du professeur Jean-François Delfraissy". Celui-ci avait dit mercredi au Sénat que "pour les personnes d'un certain âge, de 65 ou 70 ans, (...) on continuera le confinement".

Lundi, dans son discours aux Français, Emmanuel Macron avait indiqué que "pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées, tout au moins dans un premier temps". Mais il n'avait pas précisé si cette "demande" aurait un caractère obligatoire, comme le confinement actuel, ou ne serait qu'un conseil.

Une position "intenable"

Le président de la République a finalement fait connaître sa position lors d'une réunion interne vendredi matin à l’Elysée. Le prolongement du confinement, instauré pour lutter contre l'expansion du coronavirus, pour les personnes âgées est une position qui est "socialement intenable", a fait valoir Emmanuel Macron, selon les propos recueillis par le service politique de France Télévisions. "Pour le président, ce qui doit prévaloir, ce sont les libertés publiques", explique ce soir l'Elysée, qui précise que le Premier ministre aura l’occasion de s'exprimer sur le sujet dimanche, lors de sa conférence de presse. 

"L'assignation administrative prolongée de personnes fragiles, âgées comme atteintes de cancers ou d'autres affection, risque d'engendrer une grande souffrance physique et psychique, elle peut conduire à la perte du goût de vivre. Nous saluons les précisions apportées ce jour par le Président de la République", a réagi Axel Kahn, le président de La Ligue contre le cancer, après cette annonce.

Néanmoins, les personnes âgées sont et seront toujours incitées à rester chez elles. Emmanuel Macron aura l'occasion de s'entretenir sur le sujet à partir de lundi avec des acteurs des Ehpad. Les modalités du déconfinement pour les personnes âgées comme pour le reste de la population restent à définir par le gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.