Coronavirus : des TGV médicalisés pour transférer les patients du Grand-Est

Jeudi 26 mars, une vingtaine de patients de Mulhouse (Haut-Rhin) seront transportés à bord d’un TGV médicalisé vers les hôpitaux de l’ouest du pays. À quoi ressemble ce train ?

France 2

Embarquement de bonbonnes d’oxygène, installation de brancards par-dessus les sièges de la deuxième classe. Habituellement réservé aux passagers, un TGV se transforme en véhicule d’urgence médicale : "Au sein de chaque voiture, on va pouvoir positionner quatre patients, qui vont être dans des espaces séparés, et chaque box va être équipé en réanimation, comme il le serait dans un service de réanimation classique."

Soulager les places de réanimation du Grand-Est

À bord, c’est l’heure du dernier briefing du Samu. Les regards sont déterminés. Jeudi 26 mars, le train évacuera vingt patients actuellement en réanimation dans le Grand Est. Ils seront emmenés par les rails vers d’autres hôpitaux en France, où il y a plus de lits disponibles. "Il y a plus de ressources hospitalières disponibles actuellement, puisqu’ils sont moins touchés par l’épidémie de Covid-19. Ce qui va permettre de soulager les places de réanimation du Grand Est pour prendre les nouveaux patients qui vont arriver", explique Lionel Lamhaut, responsable de la mission.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les passagers d\'un TGV Nantes-Paris ont été bloqués par la chute d\'un arbre en raison de la tempête Dennis dimanche 16 février (photo d\'illustration).
Les passagers d'un TGV Nantes-Paris ont été bloqués par la chute d'un arbre en raison de la tempête Dennis dimanche 16 février (photo d'illustration). (FRANK PERRY / AFP)