Coronavirus : des masques commandés par la France rachetés "sur le tarmac" par des Américains

"Les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois [plus cher] les commandes que nous avons faites", déplore le président de la région Grand Est.

Une cargaison de matériel médical s\'apprête à s\'envoler de Chine vers le Luxembourg, le 22 mars 2020 à l\'aéroport de Zhengzhou.
Une cargaison de matériel médical s'apprête à s'envoler de Chine vers le Luxembourg, le 22 mars 2020 à l'aéroport de Zhengzhou. (LI JIANAN / XINHUA / AFP)

Face à l'épidémie de coronavirus, tous les coups sont permis. Des masques prêts à s'envoler pour la France ont été rachetés à la dernière minute par des Américains sur le tarmac d'un aéroport chinois d'où l'avion de livraison devait décoller, selon le récit fait par plusieurs présidents de région, mercredi 1er avril.

>> Coronavirus : suivez les dernières informations sur le confinement et l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Le président de la région Sud, Renaud Muselier, a, le premier, révélé cette pratique, à l'antenne de la chaîne de télévision Russia Today. Lors d'une réunion entre les présidents de régions, l'un d'entre eux "nous a expliqué que sa commande de masques lui avait été piquée sur l'aéroport même, par les Américains, qui ont payé trois fois le prix, en liquide. Mais je ne vous donnerai ni le nom de la région ni le nombre de masques commandés", a expliqué Renaud Muselier.

Le président de la région Grand Est, Jean Rottner, a confirmé les faits, au micro de RTL. "C'est compliqué, on se bat 24 heures sur 24" pour que les masques soient livrés, a-t-il confié. "Et effectivement, sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois les commandes que nous avons faites. Donc il faut vraiment se battre."

"Tout ce qu'on peut voir de pire en temps de guerre"

En Chine, "c'est la foire d'empoigne à tous les échelons", déplore Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, contacté par franceinfo. "Il y a des réquisitions de la part du gouvernement chinois sur la base de demandes d'autres Etats. Il y a des masques qui ne correspondent pas aux certifications. Il y a tout ce qu'on peut voir de pire en temps de guerre", énumère l'élu local. Sa collectivité a commandé deux millions de masques en traitant avec un intermédiaire corse, par précaution. "La commande a été passée il y a une dizaine de jours. La première partie devrait arriver cette semaine, si tout va bien", espère Gilles Simeoni.

La Normandie, elle, a passé commande de deux millions de masques en Chine. La livraison a pris un peu de retard. "Notre avion était prêt, mais il a été réquisitionné par l'Etat sur le tarmac", glisse-t-on à franceinfo à la présidence du conseil régional. La cargaison devrait tout de même arriver, "au compte-gouttes".

"Il y a des gens pas très honnêtes"

Le Centre-Val de Loire, lui aussi, attend ses masques et la région suit leur périple de très près. "La commande a été fabriquée, relate-t-on à la présidence. Elle a été acheminée jusqu'à l'aéroport de Shanghai, mais il y a des gros bouchons sur les pistes et la priorité est donnée aux commandes d'Etat. La commande a donc pris la direction de l'aéroport de Zhengzhou. L'avion devrait décoller ce week-end." 

Par précaution, la région Centre-Val de Loire a également passé commande à un fabricant chinois via un intermédiaire français. "On a eu des propositions. Mais on voit bien qu'il y a des gens pas très honnêtes. C'est pour ça qu'on a pris le temps de faire des vérifications sur le fabricant et l'intermédiaire."

Pour récupérer une commande de quatre millions de masques, prête depuis samedi, la région Sud a ainsi "finalement décidé de passer par le biais de Ceva, la filiale logistique de la CMA-CGM", une compagnie maritime d'affrètement française basés à Marseille. "Au moins, je suis sûr que personne ne va me les acheter sur le tarmac. Normalement, ils sont sur la route vers l'aéroport. Mais je reste d'une prudence de Sioux, c'est un parcours du combattant incroyable" d'un point de vue logistique, constate le président de région.

La région Grand Est a commandé au total cinq millions de masques. Deux millions ont été livrés dans la nuit de mardi à mercredi à l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Le Grand Est a été la première région à recevoir sa propre commande de masques passée en complément des commandes nationales. Et ce, grâce au labeur d'"une petite cellule au niveau de la région qui travaille d'arrache-pied pour, avec les commanditaires, pouvoir gagner ces marchés", explique Jean Rottner, lui-même médecin urgentiste.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. INFOGRAPHIES. Coronavirus : nombre de décès par département, âge des malades, réanimations… Visualisez l'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Eclairage. Coronavirus : "déconfinement régionalisé", tests sanguins, passeports d'immunité... A quoi pourrait ressembler la levée du confinement ?

• Synthèse. "Déconfinement" progressif, stocks de médicaments, port des masques... Ce qu'il faut retenir des réponses d'Edouard Philippe devant les députés

• Vrai ou fake. Agnès Buzyn et son mari, Didier Raoult et la chloroquine… On a examiné au microscope les 20 affirmations d'un message censé prouver un "scandale d'Etat"

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation