Epidémie de Covid-19 : la Russie interdit aux Chinois l'entrée sur son territoire

La Russie n'a officiellement plus de malades du nouveau coronavirus sur son territoire, après la sortie de l'hôpital la semaine dernière des deux seuls patients.

Des citoyens chinois sont emmenés dans un centre de quarantaine à Ekaterinbourg, en Russie, le 7 février 2020.
Des citoyens chinois sont emmenés dans un centre de quarantaine à Ekaterinbourg, en Russie, le 7 février 2020. (PAVEL LISITSYN / SPUTNIK / AFP)

La mesure est radicale. Pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, la Russie a annoncé mardi 18 février son intention d'interdire l'entrée sur son territoire à tous les ressortissants chinois à partir de jeudi. Une nouvelle mesure drastique, destinée à enrayer la propagation de l'épidémie du coronavirus"L'entrée des ressortissants chinois via les frontières russes est suspendue à partir du 20 février pour les voyages de travail, les voyages privés, les études et le tourisme", a déclaré la vice-Première ministre chargée de la Santé.

Cette décision a été prise "en raison de l'aggravation de l'épidémie en Chine et du fait que des ressortissants chinois continuent d'arriver sur le territoire russe", a expliqué la responsable, également à la tête du groupe de travail chargé de la lutte contre le coronavirus. De nombreux Chinois sont présents en Russie, qu'ils soient touristes, étudiants ou qu'ils y travaillent, et les aéroports russes sont massivement utilisés comme point de transit entre la Chine et l'Europe.

Liaisons ferroviaires coupées

Les autorités russes avaient déjà pris des mesures très strictes pour empêcher la propagation du Covid-19, qui a fait à ce jour près de 1 900 morts dans le monde. Moscou a notamment ordonné la fermeture des quelque 4 250 km de frontières entre la Russie et la Chine, la coupure des liaisons ferroviaires et la restriction du nombre des vols vers des villes chinoises.

La Russie n'a officiellement plus de malades du nouveau coronavirus sur son territoire après la sortie de l'hôpital la semaine dernière des deux seuls patients, des ressortissants chinois. Dans les deux cas, l'infection était légère, selon les médecins russes.