Coronavirus : confiné dans sa ferme, le cycliste Thibaut Pinot souhaite "que la vie reprenne à partir du 11 mai"

Le coureur a eu ses deux parents atteints du Covid-19. Il supporte bien le confinement dans sa ferme de Haute-Saône, s'entretient physiquement et espère que le Tour 2020 aura bien lieu.

Le coureur cycliste Thibaut Pinot, le 14 octobre 2019.
Le coureur cycliste Thibaut Pinot, le 14 octobre 2019. (LP/YANN FOREIX / MAXPPP)

C'est la première fois qu'il s'exprime à la radio depuis le début du confinement : depuis sa ferme de Melisey (Haute-Saône), le cycliste français Thibaut Pinot raconte jeudi 23 avril à franceinfo comment il vit cette période si particulière.

Alors que ses deux parents se remettent à peine du coronavirus, le coureur de l’équipe Groupama-FDJ espère que le Tour de France, repoussé de deux mois, "sera le début du renouveau pour tout le monde". Mais en attendant, Thibaut Pinot s’éclate sur les réseaux sociaux… avec ses deux chèvres. Il a même créé un compte Instagram dédié.

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

franceinfo : En cette période de confinement, comment vous entraînez-vous pour garder la forme dans votre ferme de Melisey (Haute-Saône) ?

Thibaut Pinot : Je ne sais pas si on peut vraiment parler d’entraînement. On va dire que j’entretiens ma condition physique, en faisant le maximum de sport possible, dans la limite de ce qui est autorisé. Du home-trainer, de la marche autour de la maison, de la musculation, du gainage… On a vite fait le tour de la journée au final. On essaye de patienter, et surtout de rester calme en attendant le 11 mai. En Europe, tout le monde ou presque est confiné. On est tous dans le même sac, c’est plus simple de penser comme ça. Je suis à la maison, tranquille, entouré de mes animaux. Il fait beau, avec du soleil. Sur la terrasse, on est bien. Je n’ai pas à me plaindre de ce confinement, finalement.

Croyez-vous que le Tour de France, qui a déjà été repoussé (29 août-20 septembre), se tiendra cette année ?

J’essaye de ne pas trop y penser. On fait confiance au gouvernement qui nous dit qu’on pourra le faire. Pour l’instant, on se raccroche à ça. J’espère que ce sera le début du renouveau pour tout le monde, au final. Ce Tour de France fera peut-être partie de l’histoire, donc forcément, ça motive. Si les conditions ne sont pas remplies, le gouvernement stoppera le Tour.

Pourtant, votre entourage, et vos deux parents notamment, ont été touchés par le coronavirus. Comment avez-vous traversé cette période ?

C’est vrai que la région et mon village n’ont pas été épargnés par le Covid-19. Mes parents ont été malades assez longtemps. Ils ne sont toujours pas à 100%, loin de là. Ça fait 25 jours que ça dure pour eux. C’est une maladie qui est longue et dangereuse. On se rend vraiment compte que ce virus n’est pas une simple grippe comme on pouvait le dire au début. J’ai traversé cette période dans l’angoisse, et dans la peur. Quand on regardait la télévision, au début, on parlait beaucoup de choses négatives. Forcément, on avait du mal à s’en sortir. Je vois de temps en temps mes parents, par la fenêtre. En plus, mon papa vient de fêter son anniversaire. Je suis pressé que tout ça soit terminé. Ça a été dur à vivre. Mais on s’est raccrochés à notre entourage, et à notre environnement.

Justement, votre environnement, ce sont notamment vos deux petites chèvres, qui font le bonheur de vos fans sur les réseaux sociaux !

Oui, même si là, elles vont retourner chez le vétérinaire ! Elles ont de l’énergie, mais elles font pas mal de galipettes. Et à chaque fois, c’est deux ou trois points de suture. On ne s’attendait pas à un tel succès. On prend ça à la rigolade avec ma copine. Au final, les gens étaient contents, durant le confinement, de se changer les idées avec ces deux petites chèvres. Elles nous ont pas mal aidés, dans des moments difficiles, à nous redonner le sourire. Les animaux nous donnent toujours beaucoup d’amour et de tendresse.

Voir cette publication sur Instagram

Confinement jour-34, tout va bien ici @kim.goat @chapatat_ #quentine

Une publication partagée par Thibaut Pinot (@thibaut.pinot) le

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

La santé pour tout le monde, pour mes proches. Et que la vie reprenne à partir du 11 mai !