Coronavirus : ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron sur l'approvisionnement en matériel pour lutter contre l'épidémie

Le chef de l'Etat a souhaité, mardi, que la France acquière son "indépendance pleine" en matière de masques de protection "d'ici à la fin de l'année".

Emmanuel Macron visite l\'usine de masques de la PME Kolmi-Hopen à Angers (Maine-et-Loire), le 31 mars 2020.
Emmanuel Macron visite l'usine de masques de la PME Kolmi-Hopen à Angers (Maine-et-Loire), le 31 mars 2020. (LOIC VENANCE / POOL / AFP)

Emmanuel Macron a plaidé, mardi 31 mars, pour une reconstruction de "notre souveraineté nationale et européenne" en matière de masques de protection, à l'issue de la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Le président de la République a fait le point sur l'approvisionnement en matériel et en médicaments pour faire face à l'épidémie de Covid-19, lors d'une visite de l'usine de masques de la PME Kolmi-Hopen, à Angers (Maine-et-Loire). Voici ce qu'il faut retenir de son intervention.

>> Coronavirus : suivez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

"15 millions de masques par semaine" pour les soignants

"Avant la crise, nous produisions en France 3,3 millions de masques par semaine. Fin avril nous serons à plus de 10 millions", a promis Emmanuel Macron. A cette fabrication assurée par les entreprises spécialisées, s'ajoutent de nouveaux acteurs : Faurecia, Michelin, Intermarché…" qui vont eux aussi produire des masques. Ce soutien doit contribuer à porter la production totale à "environ 15 millions de masques par semaine" d'ici fin avril, a précisé le chef de l'Etat.

"Je veux que d'ici la fin de l'année nous ayons obtenu cette indépendance pleine et entière", a-t-il ajouté, alors que la France a été contrainte d'importer plus d'un milliard de masques principalement de Chine et a d'ores et déjà passé "des commandes supplémentaires".

La hausse de la production dans les quatre entreprises françaises de masques va permettre de porter l'effort national de 15 millions à 40 millions de masques par mois courant avril. Des chiffres toujours en dessous des besoins pour le personnel soignant et les Ehpad, évalués à 40 millions par semaine, a souligné l'Elysée.

"Un million de masques par jour" pour les autres professions

"En parallèle du travail nécessaire pour équiper les soignants dans les meilleurs délais", la France va produire d'autres catégories de masques (hors FFP2). Ils seront fournis à d'autres professions particulièrement exposées au risque de contamination comme les"services à domicile, transporteurs, pompiers, forces de l'ordre, caissiers et caissières, guichetiers".

"Il est aujourd'hui impossible de leur promettre des masques FFP2 ou chirurgicaux, réservés aux soignants, a rappelé Emmanuel Macron. Nous avons d'autres catégories de masques, différents, qui sont homologués. Quatre-vingt-cinq prototypes ont été validés durant les derniers jours."

La capacité de production française de ces modèles va, elle aussi, augmenter. "D'ici trois à quatre semaines, nous aurons la capacité de produire un million de masques par jour dans ces différentes catégories", a assuré le président, précisant que "le gouvernement reviendra sur les différentes catégories d'emploi" concernées.

"10 000 respirateurs" fabriqués d'ici mi-mai

Un consortium français a été mis sur pied afin de fabriquer des respirateurs pour équiper les hôpitaux débordés par les cas graves de malades contaminés par le coronavirus, a annoncé Emmanuel Macron. Mené par Air Liquide, il rassemble trois autres grands groupes industriels français : le spécialiste des équipements électriques Schneider Electric, l'équipementier automobile Valeo et le constructeur PSA.

Ce consortium "va permettre de produire, d'ici à la mi-mai, 10 000 respirateurs lourds comme plus légers", a précisé Emmanuel Macron. "Particulièrement attendus", environ 250 respirateurs lourds seront livrés dans les huit prochains jours dans les services de réanimation des hôpitaux français.

La production de gel hydroalcoolique "décuplée" en France

Le chef de l'Etat a également fait un point sur la production de gel hydroalcoolique, qui manque en France depuis plusieurs semaines. "Nous avons décuplé notre production, passant de 40 000 litres [par] jour à 500 000 litres [par] jour", a annoncé Emmanuel Macron. Il a "remercié (...) l'ensemble de nos industriels, de nos fabricants, mais aussi de nos pharmaciens, des établissements de santé à qui nous avons donné la possibilité de produire". Ces derniers "se sont mobilisés d'une manière exceptionnelle, durant cette période, pour produire et apporter ces gels", a souligné le président de la République.

Des "commandes massives" de médicaments

"Nous avons aussi besoin de médicaments et de matériel", a rappelé Emmanuel Macron, listant les exemples "des pousse-seringues, du curare, parfois aussi des principes actifs". "Sur ces médicaments, notre stratégie est simple, nous passons massivement des commandes", a indiqué le chef de l'Etat, évoquant également le cas des tests de dépistages. Les volumes de "tout ce qui est produit et peut être produit en France" ou en Europe sont "poussés", afin de "sécuriser les apports", a-t-il garanti.

Une dotation de 4 milliards d'euros à Santé publique France

Afin d'honorer les commandes "en médicaments, respirateurs et masques", "une dotation spécifique de quatre milliards d'euros" a été attribuée par l'Etat à Santé publique France. "C'est évidemment une contribution exceptionnelle, qui montre la mobilisation aussi de l'Etat et de ses financements", a déclaré Emmanuel Macron en clôture de son intervention.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. Voici les bons gestes à adopter quand on fait ses courses

• Eclairage. Coronavirus : Royaume-Uni, Pays-Bas, Suède… Comment les pays du nord de l'Europe font-ils face à l'épidémie ?

• Portrait. Coronavirus : Jérôme Salomon, ce médecin dans l'ombre devenu le visage de la lutte contre le Covid-19

Témoignages. "Je ne panique pas, mais j'y pense" : Baptiste, étudiant dans un studio et employé d'un supermarché, raconte son confinement

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation