Coronavirus : campagne de dépistage après les tests positifs de quatre salariés d'un abattoir de volailles en Vendée

Ces quatre salariés contaminés sont employés par l'entreprise Arrivé, un abattoir de volailles situé à Essarts-en-Bocage. Arrivé, dont la marque phare est Maître Coq, est une filiale du groupe sarthois LDC.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de Googlemaps pointant la ville d'Essarts-en-Bocage (Vendée) où 4 salariés d'un abattoir ont été testés positifs au Covid-19. (GOOGLEMAPS)

A moins de 12 heures du début du déconfinement, la préfecture et l'Agence régionale de santé ont annoncé, dimanche 10 mai, que quatre quatre salariés ont été testés positifs au Covid-19 dans une entreprise de l'agroalimentaire en Vendée. L'entreprise concernée, Arrivé, est un abattoir de volailles situé à Essarts-en-Bocage. Arrivé, dont la marque phare est Maître Coq, est une filiale du groupe sarthois LDC.

>> Déconfinement, évolution de l'épidémie... Retrouvez les dernières informations dans notre direct

Les quatre salariés contaminés faisaient partie d'un premier groupe de 261 employés testés samedi par un laboratoire agréé. "Une deuxième série d'environ 400 prélèvements (personnels restant) interviendra ce lundi 11 mai dans l'entreprise. Les services de l'Etat et l'ARS sont en lien constant avec la direction de l'entreprise pour déterminer les mesures de prévention nécessaires à cette situation", selon le communiqué. "Chaque personne testée positive fera l'objet d'un isolement et d'un accompagnement par les autorités sanitaires", précise le texte.

Compte tenu de la durée d'incubation du virus, "le travail d'identification des sujets contacts à risque démarre dès ce dimanche 10 mai. Il sera mené par l'ARS, en lien étroit avec le médecin du travail et les responsables de l'entreprise", souligne le communiqué. "Toute personne considérée à ce titre comme 'sujet contact' sera aussi testée et invitée à s'isoler dans l'attente des résultats", précisent la préfecture et l'ARS.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.