Coronavirus : "Aujourd'hui, il y a près de 12 000 offres en ligne" dans les secteurs en tension, annonce Pôle emploi

Ces secteurs sont la santé, l'aide à domicile, l'agriculture, l'agroalimentaire, les transports, l'énergie, détaille le directeur général de Pôle emploi.

Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi, le 27 décembre 2011 à Reims.
Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi, le 27 décembre 2011 à Reims. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

La crise sanitaire liée au coronavirus a de nombreuses conséquences économiques. Parmi elles, le manque de main d'oeuvre dans certains domaines comme la santé, l'agriculture, ou encore les transports. "Aujourd'hui, il y a près de 12 000 offres" d'emploi dans les secteurs en tension, a expliqué jeudi 9 avril sur franceinfo, Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi.

>> Les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

franceinfo : Est-ce que vous avez un afflux des inscriptions à Pôle emploi ?

Jean Bassères : Non, on n'a pas d'afflux notamment grâce à la mesure qui a été prise par les pouvoirs publics de développer l'activité partielle. Dans les prochains jours on communiquera des chiffres en la matière. Les personnes touchées aujourd'hui par cette crise sanitaire très importante ont des capacités à maintenir leurs revenus et non pas à s'inscrire à Pôle emploi. Donc, il n'y a pas d'augmentation significative.

Comment envisagez-vous l'après déconfinement et la reprise ?

On va tous être très attentifs à la sortie de cette crise. La situation va dépendre de la capacité des entreprises à reprendre leur activité dans un contexte international qui va être tendu. On se prépare à des perspectives d'augmentation de la charge et on aura l'occasion de caler tout ça au fur et à mesure. Il faut observer ce qui va se passer, ne pas avoir de scénario préétabli et être très réactif. Il faut qu'on s'ajuste en fonction de la situation que nous allons constater.

Toutes les agences Pôle emploi sont-elles fermées ? Qu'en est-il pour les demandeurs d'emploi ?

Oui, les agences Pôle emploi ne reçoivent plus de public puisqu'on doit participer à l'effort de confinement, mais nos services sont maintenus. En ce qui concerne les allocations, elles seront versées en temps et en heure. Il faut comme chaque mois s'actualiser, communiquer par internet ou par téléphone les éventuels changements de situation. J'invite les demandeurs d'emploi à s'actualiser jusqu'au 15 avril. On a mis en place un dispositif exceptionnel pour favoriser cette actualisation. Aujourd'hui, on a près de 80% des personnes qui doivent s'actualiser qui l'ont fait.

Est-ce qu'il y aura une forme de tolérance pour les retardataires ?

Actuellement, on a plus d'actualisés que les mois précédents. On a appelé toutes les personnes qui habituellement viennent s'actualiser dans nos agences. On suit ça de manière extrêmement précise et on aura à coeur de favoriser jusqu'au bout ce processus. Si quelqu'un n'a pas pu le faire on interviendra très rapidement pour rétablir la situation. Il n'y a plus aucun contrôle, naturellement.

Est-ce qu'il y a des secteurs qui embauchent ?

Il y a des secteurs qui embauchent et d'autres en tension. Le gouvernement nous a demandé de mettre en ligne une plateforme mobilisation.emploi.gouv.fr qui est dédiée aux entreprises qui sont dans des secteurs qui ont été identifiés comme particulièrement touchés par la crise sanitaire et ayant un besoin de recrutement. Je pense à la santé, aux aides à domicile, à l'agriculture, l'agroalimentaire, les transports, l'énergie. Aujourd'hui, il y a près de 12 000 offres en ligne.