Coronavirus : après le réveillon de Noël, les dépistages du Covid-19 reprennent doucement

Avant le réveillon de Noël, de nombreux Français étaient allés se faire tester pour savoir s'ils étaient positifs au Covid-19. Désormais, le retour dans les laboratoires et pharmacies est plus timide. Mais selon un pharmacien, "il se peut qu'il y ait un sursaut".

Article rédigé par
William Gay-Costa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Test antigénique pour détecter la présence du coronavirus en Ile-et-Vilaine. (MAXIME GLORIEUX / FRANCE-BLEU ARMORIQUE)

Les dépistages du Covid-19 ont repris lundi 28 décembre. De nombreux laboratoires et pharmacies avaient fermé leurs portes pendant le long week-end de Noël. La semaine avant le réveillon, de nombreux Français étaient venus se faire tester : près du double des chiffres enregistrés habituellement à la même période. A la réouverture des lieux de dépistage, cette fois c'est plus calme. 

Devant une pharmacie du XVIe arrondissement de Paris, Stéphane a patienté un quart d’heure dans le froid pour pouvoir se faire tester. Il a contracté le Covid-19 avant Noël et attendait donc le résultat de ce test antigénique avec impatience : "Je suis censé reprendre le travail et donc il me fallait un test attestant de la négativité, ce qui est le cas. Je suis négatif."

Florent lui est venu avec sa femme. Ils n’ont pas d’autre choix que de se faire tester : "On part en voyage bientôt et on doit se faire tester avant de partir. On n'a pas eu le temps de faire un PCR alors on fait un test antigénique. On n'a eu aucun symptôme jusqu'à présent. C'est vraiment juste pour le voyage." 

"Ça me paraît le minimum pour être en sécurité, pour nous et pour les autres."

Anna

franceinfo

Et quand ce n'est pas pour le travail ou un voyage, c'est souvent pour le Nouvel an que les gens viennent se faire tester. Anna part à Cannes pour retrouver des amis et elle ne veut pas prendre de risque : "On va voir deux personnes et on leur a aussi demandé de se faire tester parce qu'ils ont vu d'autres personnes, comme nous, même si on en n'a pas vues beaucoup. On veut être certains de ne pas les contaminer."

Chiara doit aussi être testée avant le réveillon. Elle s’étonne de voir si peu de monde dans la file d’attente : "Une amie m'avait dit qu'il allait y avoir plus de monde et qu'il y avait beaucoup de retard mais là il n'y a pas l'air d'avoir beaucoup de personnes donc tant mieux."

"Ce n'est pas parce que Noël est passé que le virus est parti avec"

Confirmation dans une autre pharmacie, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Ici, le patron, Reza Soroush, fait passer des tests antigéniques dans son officine et il confirme que les patients sont beaucoup moins nombreux depuis le 25 décembre : "On a eu une très grande vague les derniers jours avant Noël. Là, c'est beaucoup plus calme. On peut estimer à peut-être 20% de la grande fréquentation qu'il y a eue avant Noël."

Seulement trois personnes en une demi-journée alors qu'il y avait en moyenne douze personnes dans le même laps de temps avant Noël. Forcément ça l’inquiète : "Ce n'est pas parce que Noël est passé que le virus est parti avec. Il faut donc continuer à être vigilant, à respecter les consignes de distanciation et à faire des tests aussi bien PCR qu'antigéniques."

Toutefois, le pharmacien reste confiant : "Je ne pense pas qu'il y aura autant de fréquentation que ce qu'on a eu avant le réveillon mais il se peut qu'il y ait un sursaut de fréquentation." Un sursaut qui surviendrait dans les prochains jours, quand les éventuelles personnes contaminées à Noël présenteront leurs premiers symptômes.          

Le reportage de William Gay-Costa
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.