Coronavirus : Airbus réduit sa production d'un tiers pour s'adapter à la demande

L'entreprise évoque "une réduction des cadences moyennes d'environ un tiers", mais promet de ne fermer aucun site.

Des avions de la compagnie Lufthansa, le 7 avril 2020, à Munich.
Des avions de la compagnie Lufthansa, le 7 avril 2020, à Munich. (CHRISTOF STACHE / AFP)

Airbus se prépare à un atterrissage difficile. L'entreprise a annoncé, mercredi 8 avril, la réduction d'un tiers de sa cadence de production d'avions pour répondre aux demandes de reports de livraisons de ses compagnies aériennes clientes, paralysées par la crise du coronavirus.

"Nos clients, les compagnies aériennes, sont lourdement affectées par le Covid-19. Nous adaptons notre production à leur nouvelle situation et travaillons sur des mesures opérationnelles et financières pour faire face à cette réalité", a commenté le patron d'Airbus Guillaume Faury, cité dans le communiqué. Selon lui, le constructeur européen "n'a pas d'annulations en vue mais beaucoup de demandes de reports". "C'est pourquoi nous avons décidé de ne pas produire les avions que nous n'allons pas livrer en 2020."

"Une réduction des cadences moyennes d'environ un tiers"

Les compagnies aériennes paient un lourd tribu dans la propagation mondiale du coronavirus accompagnées de fermetures de frontières et de restrictions de déplacements avec des pertes de chiffre d'affaires estimées par le secteur à 252 milliards de dollars pour 2020.

L'avionneur européen a indiqué qu'il réduisait sa production mensuelle à 40 appareils de la famille 320, contre 60 avant la crise, à deux pour les long-courriers A330 et à six par mois pour les A350. Mi-février, Guillaume Faury avait indiqué qu'il tablait sur 40 livraisons d'A330 sur l'année et sur une production mensuelle de 9 à 10 A350. "Cela représente une réduction des cadences moyennes d'environ un tiers", résume Airbus.

"Nous ne fermerons aucun de nos sites"

Airbus avait annoncé lundi la suspension temporaire de la production des sites de Brême (Allemagne) et Mobile (Etats-Unis). "Nous ne fermerons aucun de nos sites, nous continuerons à dépendre de nos quatre sites (de production de l'A320) et évidemment principalement Hambourg qui est le plus important", a expliqué Guillaume Faury lors d'une conférence de presse téléphonique.

Sur le plan de l'emploi, dans l'immédiat Airbus propose à ses salariés de prendre des congés ou de puiser dans leurs comptes épargne temps, a expliqué Guillaume Faury. Concernant les mesures sociales comme le chômage partiel en France, "nous n'y avons pas encore eu recours", a-t-il poursuivi tout en précisant que le groupe se préparait "à demander ce type de mesures mais un peu plus tard".

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. Coronavirus : nombre de décès par département, âge des malades, réanimations… Visualisez l'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Décryptage. L'article à lire avant de fabriquer et porter un masque en tissu

• Analyse. La pandémie de coronavirus va-t-elle pousser l'espèce humaine à (enfin) respecter la biodiversité ?

• Santé. Le coronavirus peut-il aussi s'attaquer au cerveau et au cœur ?