Coronavirus à Bordeaux : "Il n'y a pas de danger imminent, c'est sous contrôle", assure le maire de la ville

Nicolas Florian s'est voulu rassurant après la confirmation d'un cas de coronavirus à Bordeaux, mais le maire de la ville affirme qu'il "ne faut pas sombrer dans la panique".

Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, le 1er mars 2019 à Bordeaux (Gironde).
Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, le 1er mars 2019 à Bordeaux (Gironde). (NICOLAS TUCAT / AFP)

"Ne pas s'alarmer, ne pas paniquer. On va suivre l'évolution des choses", a déclaré vendredi 24 janvier à France Bleu Gironde le maire de Bordeaux Nicolas Florian qui s'est voulu rassurant après la confirmation d'un premier cas de coronavirus dans sa ville. "Il n'y a pas de danger imminent. C'est sous contrôle, à l'hôpital (...) il n'y a pas lieu de s'alarmer, il ne faut pas sombrer dans la panique.", a-t-il ajouté.

>> Coronavirus : 26 morts en Chine, deux premiers cas en France, suivez notre direct

Le patient âgé de 48 ans, qui revient d'un voyage en Chine dont il est originaire, est hospitalisé au CHU de Bordeaux depuis jeudi soir, il est confiné. "Il est arrivé à Bordeaux il y a quelques jours. On essaie de contacter celles et ceux qu'il a pu croiser", a précisé Nicolas Florian. "Je suis en contact permanent avec la préfète, le directeur de l'hôpital, celui de l'Agence Régionale de Santé", a-t-il expliqué.

Pas de "danger immédiat"

Le maire recommande de vérifier autour de soi si des proches ou connaissances ne sont pas revenus récemment de la province chinoise de Wuhan, foyer de l'épidémie. L'Etat et les autorités sanitaires n'envisagent pas de mesures supplémentaires à l'aéroport de Bordeaux, ajoute le maire, qui précise que des contrôles sont en place depuis quelques jours pour les personnes revenant de provinces chinoises.

"On a la chance d'avoir le plus grand spécialiste dans ce domaine qui exerce à Bordeaux. Ils [le CHU] sont prêts à ça. Ils ont déjà mis en place des chambres s'il devait y avoir des nouveaux cas (...) il n'y a pas de danger immédiat mais je suis vigilant, je vérifie que tout est bien en main", a affirmé le maire de Bordeaux.