Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : 40 000 masques de protection volés au Centre spatial guyanais

Ces masques étaient à la disposition de l'Agence régionale de santé de la Guyane. L'enquête a été confiée à la gendarmerie de Kourou.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Centre national d'études spatiales de Kourou (Guyane), le 12 décembre 2017 lors du lancement d'une fusée Ariane 5. (JODY AMIET / AFP)

Près de "40 000 masques chirurgicaux" stockés au Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou en Guyane ont été volés en pleine crise du coronavirus, a indiqué mardi 24 mars le procureur de la République de Cayenne, confirmant une information du site Guyaweb. L'enquête a été confiée à la gendarmerie de Kourou.

>> Suivez l'évolution de la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Dans un courrier adressé au personnel du Centre spatial guyanais de Kourou, le président du Centre national d'études spatiales (CNES), Jean-Yves Le Gall, avait fait part lundi d'un vol de "nombreux masques de protection" et avait annoncé son intention de porter plainte "immédiatement".

"Ces masques étaient mis à disposition de l'Agence régionale de santé de la Guyane pour être utilisés en tant que de besoin dans les différents établissements sanitaires guyanais", avait-il précisé, se disant "extrêmement choqué par le comportement" des auteurs présumés des faits.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Pratique. Voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire à remplir pour sortir pendant le confinement

• Eclairage. Comment le ministère de la Santé comptabilise-t-il les morts liées à l'épidémie ?

• Infographies. Cas confirmés, mortalité, localisation... L'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Témoignages. "Voir quelqu'un suffoquer, c'est très dur à vivre" : les personnels des Ehpad au bord de l'épuisement

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.