Corée du Nord : Kim Jong-un dévoile un missile balistique intercontinental géant lors d'un défilé

Le régime de Pyongyang a profité de cette parade XXL pour assurer qu'il n'y avait "pas une seule personne" atteinte de coronavirus dans le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Nord-Coréens regardent à la télévision le défilé militaire organisé par le régime de Pyongyang, le 10 octobre 2020. (JUNG YEON-JE / AFP)

Le secret était bien gardé : après plusieurs semaines de répétitions, la Corée du Nord a dévoilé un missile balistique intercontinental géant lors d'un imposant défilé militaire, samedi 10 octobre, organisé à l'occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs. Posé sur un tracteur-érecteur-lanceur composé de 11 essieux, l'engin a paradé sur la place Kim Il-sung, selon la chaîne de télévision d'Etat KCTV.

"Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d'autodéfense et de dissuasion, a lancé à la foule le leader nord-coréen Kim Jong-un, costume gris sur le dos, dans un discours retransmis (en différé) par la télévision d'Etat. "Si vous n'avez pas la force, vous devrez essuyer les larmes et le sang qui couleront de vos deux poings serrés".

Pas de masque, pas de distanciation sociale

Faut-il s'en inquiéter ? Il s'agit en tout cas du "plus gros missile mobile à combustion liquide jamais vu à ce jour", a tweeté Akit Panda, de la Federation of American Scientists, une ONG scrutant les risques liés au nucléaire. 

Pour Leif-Eric Easley, professeur à l'université Ewha de Séoul (Corée du Sud), il n'est pas possible de savoir dans quelle mesure l'équipement présenté "fonctionne vraiment". Mais "l'armement présenté lors du défilé est un rappel sérieux qu'il ne faut pas ignorer la Corée du Nord". Les experts sont en effet convaincus que la Corée du Nord a poursuivi ses programmes nucléaire et balistique, qu'elle justifie par la menace américaine, y compris pendant les négociations avec les Etats-Unis, dans une impasse depuis plus d'un an.

Contrairement à de précédents défilés, aucun média étranger n'avait été invité cette année. Nombre d'ambassades sont fermées du fait des restrictions liées au Covid-19 , ce qui fait que le nombre d'observateurs étrangers est limité. Des escadrons d'avions de combat ont volé au-dessus de la ville en larguant des fusées éclairantes, puis des véhicules blindés et missiles ont défilé dans les rues. Aucun des participants ni personne dans le public ne portait de masque. De fait, Kim Jong-un a assuré qu'il n'y avait "pas une seule personne" atteinte du Covid-19 dans son pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.