"Convois de la liberté" : une véritable incidence sur la campagne ?

Publié Mis à jour
"Convois de la liberté" : une véritable incidence sur la campagne ?
Article rédigé par
Jean-Christophe Galeazzi - franceinfo
France Télévisions

Alors que les manifestants sont arrivés à Paris pour revendiquer leur ras-le-bol des restrictions sanitaires et du manque de pouvoir d'achat, les candidats à la présidentielle tentent d'analyser la situation pour pouvoir en tirer profit.

Les convois de la liberté s’invitent dans la campagne présidentielle. A droite comme à gauche, les avis divergent. "Ça en intéresse certains, en inquiète d’autres, selon où ils se positionnent. Ce que les candidats regardent attentivement, c’est l’éventuelle agrégation des mécontentements. Premier signe de cette inquiétude de l’exécutif, Emmanuel Macron a appelé au plus grand calme", explique le journaliste politique Jean-Christophe Galeazzi, sur le plateau du 23h de franceinfo. François Bayrou estime-lui qu’il s’agit d’un mouvement de sécession d’une partie du pays.

Un risque pour les votes

Le mouvement divise les oppositions. Yannick Jadot a dit "oui" au droit de manifester mais pas à cette manifestation du samedi 12 février. Jean-Luc Mélenchon a dit "partager" les préoccupations sur le pouvoir d’achat tout en attendant de voir ce que le mouvement allait donner. Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron commence sa campagne avec des blindés dans la rue. "Ce mouvement s’inscrit dans le sillage des gilets jaunes, mais aussi du mouvement contre la réforme des retraites. Les symptômes d’une fatigue qui se fait sentir dans le pays. On peut craindre que certains décident de ne pas se rendre aux urnes", conclut Jean-Christophe Galeazzi

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.