VIDEO. Pauvreté : les associations débordées par les nouveaux demandeurs

Conséquence de la crise sanitaire : les demandeurs affluent massivement dans les associations d'aide aux plus démunis. Qui sont-ils ? 

La crise sanitaire et les mesures de confinement ont amplifié le phénomène de pauvreté. Partout en France, les associations qui viennent en aide aux plus démunis, déjà sur la brèche, n'ont jamais été autant sollicitées. 

Le chômage partiel a engendré une baisse des revenus

A Marseille, le secours populaire a mis les bouchées doubles pour accueillir ces nouveaux bénéficiaires. Les familles en grande difficulté sont plus nombreuses. En cause, notamment,  le chômage partiel pendant le confinement et la baisse des salaires. La distribution des colis alimentaires est passée de la cadence d'une fois par mois à celle d'une fois par semaine. Dans les quartiers Nord de la ville, des colis d'urgence sont  distribués au moins 4 fois par semaine à une centaine de familles.

En Côte d'Or, même constat : le nombre de personnes précaires qui viennent chercher de quoi manger a augmenté de 30% dans les banques alimentaires.

Malheureusement, on a été obligés de rajouter un créneau supplémentaire pour accueillir toutes ces familles qui ne poussaient pas la porte du secours populaire et qui se sont retrouvées sans emploi ou au chômage partiel

Davide Lebugle

Secours Populaire de Côte-d'Or

Des salariés sans emploi du jour au lendemain

Ces dernières semaines, les Resto du coeur ont également observé une hausse conséquente des bénéficiaires. Des familles au chômage partiel mais aussi des jeunes travailleurs privés de revenus du jour au lendemain.

On a beaucoup d'étudiants qui avaient des petits boulots en restauration ou dans des magasins de sports qui sont restés confinés, qui n'ont plus rien et qui poussent la porte.

Alain Dupychafray

Président des restos du coeur de la Haute-Vienne

Actuellement, 5 tonnes de produits secs de plus qu'avant la crise sont livrées par semaine. Les stocks fondent à vue d'oeil. Les associations en appellent à la générosité des entreprises et des particuliers. Elles s'attendent avec la crise économique qui s'annonce à accueillir encore plus de bénéficiaires dès le mois de septembre