Vidéo Covid-19 : "Il faut des mesures radicales et je préconise un reconfinement total", estime le président de la Fédération hospitalière de France

Frédéric Valletoux plaide pour un confinement "d'au moins un mois" sur France Inter. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Frédéric Valletoux était l'invité de France Inter mercredi 28 octobre.  (FRANCE INTER)

"Il faut des mesures radicales, et je préconise un reconfinement total", a estimé sur France Inter mercredi 28 octobre le président de la Fédération hospitalière de France (FHF) et maire Agir de Fontainebleau, Frédéric Valletoux. Il a qualifié le couvre-feu de "demi-mesure" qui "n'a pas donné tous les résultats que l'on pouvait attendre", alors que le chef de l'Etat doit annoncer de nouvelles mesures mercredi soir contre l'épidémie de Covid-19. "Il faut qu'on en tire très vite les conclusions, parce que nous sommes déjà au cœur de l'orage", a ajouté le président de cette fédération qui représente plus de 1 000 hôpitaux qui préconise "un confinement clair, encadré dans le temps, et qui donne de la lisibilité et de la clarté aux Français".

>>> Covid-19 : avant l'allocution d'Emmanuel Macron à 20 heures, suivez notre direct 

Frédéric Valletoux s'est dit très inquiet de l'état des hôpitaux, alors "qu'on rentre dans une période qui sera très différente du mois de mars". "On entre dans l'hiver. Le combat va être long. La sollicitation des hôpitaux va être particulièrement marquée. On est à une période où on a d'autres épidémies. On ne pourra plus déprogrammer comme on l'a fait."

Selon Frédéric Valletoux, il faut "enrayer massivement cette vague qui monte, parce qu'elle sera beaucoup plus dévastatrice pour le système hospitalier". Le maire de Fontainebleau estime que "l'hôpital est sorti affaibli de la première période. Aujourd'hui, on a moins de soignants dans les services hospitaliers que nous n'en avions au début de l'année". Il a témoigné de "soignants éprouvés", après un "surcroît d'activité" au printemps.

Surplus d'activité depuis la première vague 

"Ce sont tous ces patients à qui on avait dit de revenir plus tard, parce qu'on déprogrammait et on se concentrait sur le Covid-19. Néanmoins, la vie continue et les patients sont arrivés avec des retards de diagnostic, dans des états sanitaires inquiétants", a poursuivi Frédéric Valletoux. Il a estimé le surplus d'activité de l'été entre 30% à 40%. "Et là, on redémarre à l'automne avec cette deuxième vague, et l'hôpital ne tiendra pas sans des mesures drastiques", a-t-il déploré. L'élu a conseillé un confinement "d'au moins un mois".

On ne veut pas voir les images de sélection de patients qu'on ne peut pas prendre parce qu'on n'a plus la capacité de le faire.

Frédéric Valletoux

à France Inter

Selon Frédéric Valletoux, il faut laisser l'accès aux écoles primaires. "Pour les collégiens et lycéens, l'accès à l'enseignement dématérialisé a fonctionné au printemps et peut continuer. Et je ne parle même pas des facultés", a-t-il complété. "On doit aussi permettre aux salariés de continuer à travailler, que ce soit en télétravail ou en présentiel pour ceux qui n'ont pas d'autre choix."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.