Tests anti-Covid-19 : le préfet de la Moselle invite les Mosellans à "s'adresser en Allemagne" pour le dépistage

Laurent Touvet, le préfet de la Moselle, réagit sur France Bleu Lorraine à la décision de l'Allemagne de rendre obligatoire pour les frontaliers français de Moselle la présentation d'un test PCR ou antigénique négatif de moins de 48 heures pour franchir la frontière.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Laurent Touvet, le 14 mai 2020, à Magstatt-le-Haut. (THIERRY GACHON / MAXPPP)

Concernant les tests, la "priorité" est de "s'adresser en Allemagne", a déclaré fermement Laurent Touvet, le préfet de la Moselle, invité de France Bleu Lorraine lundi 1er mars matin. À partir de mardi minuit, un test, PCR ou antigénique, avec un prélèvement effectué depuis moins de 48 heures, sera en effet exigé sans aucune exception pour entrer en Allemagne depuis la Moselle.

>> DIRECT. Covid-19 : "L'objectif fondamental" est que les écoles restent ouvertes, assure Jean-Michel Blanquer

Les Mosellans "sont invités à s'adresser à leur employeur allemand, à l'école allemande, pour qu'ils fournissent ce test", a déclaré le préfet, rappelant qu'il s'agit là d'une "demande du gouvernement allemand", d'une "initiative unilatérale". Il indique avoir fait la demande de prise en charge au gouvernement sarrois, "qui s'est montré réceptif".

"Le dimanche, c'est difficile de vérifier que chaque entreprise dispose bien de tests, explique-t-il. J'ai compris que dans les grandes entreprises, c'était déjà en vigueur, et que dans les plus petites les organismes de chambres de commerce en Sarre veilleront à diffuser des tests auprès des employeurs. Mais je ne peux pas garantir qu'il y en aura partout.""Je ne voudrais pas que les tests soient gaspillés pour ces tests très fréquents de passages à la frontière", a-t-il enfin déclaré, alors que "nous avons besoin de ces tests pour la surveillance générale de l'épidémie".

Pas de contrôles sur la frontière elle-même

"Il n'y aura pas de contrôles sur la frontière elle-même", assure par ailleurs Laurent Touvet, le préfet de la Moselle.

"Nous avons ici vécu la fermeture de la frontière au printemps, on sait que c'est traumatisant. Les contrôles seront réalisés sur le territoire allemand par la police allemande, à des points variables, mais pas sur la frontière."

Laurent Touvet

à France Bleu Lorraine

"Ca fait depuis Schengen que les frontières sont totalement ouvertes, nous nous sommes habitués à ce qu'il n'y ait plus de frontières. Quand elles réapparaissent, c'est un bouleversement dans la vie quotidienne, dans les mentalités", explique-t-il. "Je comprends l'agacement, l'écoeurement des Mosellans qui vivent dans le même bassin de vie - Sarrebruck, Forbach, Sarreguemines. Il y a un petit pointillé qui passe au milieu mais la vie quotidienne s'organise sans penser à ce pointillé, sauf ces jours-ci", déplore-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.