Cet article date de plus d'un an.

Soirée clandestine à Joinville-le-Pont : "C'est criminel d'avoir organisé une telle fête", s'indigne le maire

"C'était une boîte de nuit ultra-confinée", s'agace sur franceinfo Olivier Dosne, maire LR de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) où une fête clandestine de plus de 300 personnes a été organisée en plein confinement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le loft à Joinville-le-Pont où la soirée clandestine s'est déroulée. (GOOGLE STREET VIEW)

"On va porter plainte dès lundi", a annoncé dimanche 15 novembre sur franceinfo Olivier Dosne, maire LR de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) où une fête clandestine de plus de 300 personnes a été organisée en plein confinement dans la nuit de vendredi à samedi. "Quand on entend qu'il y a eu 44 000 morts du Covid-19 en France, on ne peut être qu'indigné par le manque de responsabilité des organisateurs", a-t-il ajouté.

>> Confinement : deux arrestations après une soirée clandestine de plus de 300 personnes à Joinville-le-Pont

Malgré la présence de 300 à 400 personnes, le quartier n'a "pas été saturé par les voitures". "Ils sont arrivés et se sont enfuis par une petit impasse, en passant sur les toits. C'est bien organisé, cette petite opération." Les invitations avaient été lancées sur les réseaux sociaux, malgré l'interdiction de sortir de chez soi.

L'élu a découvert l'affaire dans la presse, "ce qui montre un manque de moyen de la police nationale. C'est absolument anormal que le maire d'une ville soit mis au courant par la presse", s'est-il agacé. Olivier Dosne a souligné que cette fête clandestine n'était pas une première. "Nous avons une dizaine de signalements des riverains depuis le mois d'août qui ont été transmis à la police nationale."

"C'est là où je ne suis pas content. Ça aurait pu être largement anticipé et on aurait pu éviter la mise en danger des personnes et le cluster géant qui peut potentiellement arriver."

Olivier Dosne, maire LR de Joinville-le-Pont

à franceinfo

Au moins l'un des participants a été testé positif au coronavirus. "On est quand même sur une surface de 300m² qui a accueilli 300 à 400 personnes, donc, il faut bien se rendre compte de la grande proximité, s'agace l'élu. C'était une boîte de nuit ultra-confinée. Je trouve que c'est criminel d'avoir organisé une telle fête."

Le maire LR a évoqué le "travail remarquable" des policiers qui sont intervenus. "Ils se sont mis en danger, ils ont été pris à partie. Ils sont quand même arrivés sur une scène de bagarre générale d'une centaine de personnes qui se battaient avec des tessons bouteilles", a-t-il rappelé.

L'élu réclame "des moyens" de la part de l'Etat

Olivier Dosne a demandé le renforcement des services de police et de renseignement. "L'État doit donner des moyens", a-t-il insisté. "Ce n'est pas à la région de donner des masques et des moyens à la police, c'est à l'État. Si les renseignements avaient fonctionné comme à une certaine époque, on n'aurait jamais eu cet événement."

Trois personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, après la fête clandestine, dont le propriétaire et l'organisateur de la soirée. Une enquête a été ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui", "violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique", "menaces et actes d'intimidation commis contre des personnes exerçant une fonction publique", et "travail dissimulé".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.