Confinement : la secrétaire générale du théâtre national de Nice "comprend" les contraintes imposées par le gouvernement

Ella Perrier demande cependant "une information la plus claire possible" sur l'avenir des lieux de culture.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le théâtre national de Nice (Alpes-Maritimes), le 2 février 2017. (MAXPPP)

"On suit bien évidemment le gouvernement qui nous impose certaines contraintes et on les comprend", réagit mercredi 28 octobre au soir sur franceinfo Ella Perrier, secrétaire générale du théâtre national de Nice, après l'annonce ce mercredi par Emmanuel Macron d'un confinement dès jeudi 29 octobre soir jusqu'au 1er décembre au moins.

Cependant, Ella Perrier reconnaît que "ça devient compliqué : dans nos activités qui sont le partage", explique-t-elle, "En tant que théâtres et lieux de représentation, nous ne sommes que dans le vivant." La secrétaire générale du théâtre national de Nice raconte que pendant le premier confinement, son théâtre a fait "comme tous, un lien avec le public : on a conservé ça sur les réseaux, tous les jours du quotidien avec du film, du direct, mais ce n'est pas pareil."

L'espoir de rouvrir, même partiellement, en décembre

Fataliste, Ella Perrier rappelle pourtant que depuis le confinement "le public était là, dans la contrainte aussi", dit-elle, avec dans le théâtre "un sens d'entrée, de retour, un placement distancié, des masques pendant deux heures" et que tout le monde a suivi le protocole. Emmanuel Macron a promis que la situation serait réévaluée tous les 15 jours, avec un ajustement possible des mesures, et Ella Perrier dit déjà que son théâtre va "essayer d'être présent et d'imaginer la suite en espérant qu'en décembre, on puisse rouvrir, même si c'est partiellement."

Enfin, la secrétaire générale du théâtre national de Nice demande une "information la plus claire possible", puisque, souffle-t-elle, "c'est ça qui nous perturbe nous et le public : le changement incessant."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.