Reconfinement : "Ce qui m'inquiète surtout, c'est qu'à aucun moment le président n'a annoncé de mesures sociales" remarque Manon Aubry eurodéputée LFI

Selon l'eurodéputée, il faut notamment une hausse des minimas sociaux et un chômage partiel à 100%. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Manon Aubry, députée européenne La France insoumise, était l'invitée de franceinfo le jeudi 10 octobre 2019 (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Ce qui m'inquiète surtout, c'est qu'à aucun moment le président n'a annoncé de mesures sociales", a déclaré mercredi 28 octobre sur franceinfo Manon Aubry, eurodéputée LFI, co-présidente du groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte, après l'annonce d'un reconfinement par le chef de l'Etat Emmanuel Macron le même soir.

"Il fallait des mesures fortes, c'est une évidence. On sent bien qu'il y a un aveu d'échec dans ces annonces et leur incapacité à maîtriser l'épidémie. On en arrive donc à cette situation qu'on voulait tous éviter. On se demande : 'Comment est-ce  qu'on peut en arriver là ?' Le gouvernement n'a pas anticipé et s'est dit lui-même surpris", explique Manon Aubry.

Des mesures d'aides nécessaires pour les plus précaires

"Ce qui m'inquiète surtout, c'est qu'à aucun moment le président n'a annoncé de mesures sociales. A aucun moment il n'a eu un mot pour tous ceux qui vont être plongés dans encore plus de précarité et de pauvreté. Pour que le confinement soit accepté par la population française il faut des mesures d'aides : alimentaire pour ceux qui sont le plus directement touchés, hausse des minima sociaux, le RSA pour les jeunes et le chômage partiel à 100%. Rien de tout cela n'a été annoncé et c'est ça qui m'inquiète le plus ce soir", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.