Rebond de l'épidémie de Covid-19 : le maire de Reims "propose de reconfiner" après Noël et jusqu'à la rentrée

Le maire LR de Reims Arnaud Robinet souhaite "un reconfinement à partir du 25 ou du 26 jusqu'à la rentrée, c'est-à-dire jusqu'au 3 ou 4 janvier", soit par région ou au niveau national.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La maire LR de Reims est favorable à un nouveau confinement après Noël, pour lutter contre le Covid-19. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Alors que les chiffres de l'épidémie dans le Grand-Est sont de plus en plus préoccupants, le maire Les Républicains de Reims, Arnaud Robinet, invité ce mardi 22 décembre sur franceinfo, propose de "reconfiner soit de façon territoriale ou au niveau national" après Noël face au rebond de l'épidémie de Covid-19. Pour lui, il faut "un reconfinement à partir du 25 ou du 26 jusqu'à la rentrée, c'est-à-dire jusqu'au 3 ou 4 janvier" afin "de permettre un retour à la vie presque normale à la rentrée"

franceinfo : Que pouvons-nous faire pour réduire la propagation du virus dans le Grand-Est ?

Arnaud Robinet : Au regard de ce qu'il se passe en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne, chaque pays est en train de reconfiner. Ce qui montre qu'il n'y a pas de solution miracle. Au vu de la situation que l'on observe dans le Grand-Est, je propose de reconfiner soit de façon territoriale, comme cela a été fait à une certaine époque, ou au niveau national. Profitons de cette période de vacances scolaires juste après Noël et jusqu'à la rentrée pour reconfiner et permettre un retour à la vie presque normale à la rentrée. (...) Il faut avoir la franchise vis-à-vis de nos concitoyens et leur dire qu'au vu de la situation actuelle, rien n'est possible aujourd'hui. Laissons les Français faire Noël en famille et ensuite un reconfinement à partir du 25 ou du 26 jusqu'à la rentrée, c'est-à-dire jusqu'au 3 ou 4 janvier. Dans un premier temps.

Comment peut-on expliquer cette flambée épidémique dans le Grand-Est ?

Il y a sûrement le facteur climatique, les températures ont baissé avec cette vague de froid. Il y a aussi peut-être le fait que le déconfinement favorisait les échanges et notamment les échanges transfrontaliers. Nous sommes une région de passage où il y a beaucoup de rencontres et de déplacements.

La variante du virus qui circule au Royaume-Uni et en Italie est-elle aussi une explication ?

Ce n'est pas comme le nuage de Tchernobyl, il ne s'est pas arrêté aux frontières, donc il est possible que cette mutation soit présente dans le Grand-Est. Les infectiologues nous confirmerons ou non la présence de ce virus dans la région. Mais je ne veux pas pointer du doigt mes concitoyens. Ils ne sont pas forcément responsables de cette augmentation de la propagation. Les Français sont responsables, je leur dis juste qu'il faut que l'on soit solidaires durant ces fêtes de Noël, notamment le 24 décembre au soir, il faudra respecter les gestes barrières. Avec le vaccin qui va arriver, c'est la seule manière de combattre cette propagation du virus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.