Lieux de culte : les évêques assurent que la limite de 30 personnes va être révisée

Selon le président de la Conférence des évêques de France, "une nouvelle jauge réaliste" devrait être définie d'ici à jeudi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des paroissiens prient dans l'église Saint-Jacques à Illiers-Combray (Eure-et-Loir), le 15 novembre 2020. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"Dans la stricte limite de 30 personnes." Lors de son allocution mardi 24 novembre, Emmanuel Macron a annoncé que les offices dans les lieux de culte seront à nouveau permis à partir de samedi, sous réserve du respect d'une jauge en cette période de crise du Covid-19. La décision limite a mécontenté les évêques catholiques, mais l'exécutif pourrait rapidement modifier cette mesure, selon le président de la Conférence des évêques de France

L'archevêque de Reims, Eric de Moulins-Beaufort, a en effet affirmé mercredi sur Twitter qu'"après un échange [mardi] soir avec M. Macron, une nouvelle jauge réaliste sera définie d’ici jeudi matin".

Selon un communiqué de la Conférence des évêques de France, cette jauge sera mise en application en deux étapes : d'abord dès le samedi, puis le 15 décembre après une réévaluation. 

Une limite jugée "irréaliste"

Le gouvernement n'a pour l'heure pas confirmé les dires de l'archevêque de Reims. "Le dialogue se poursuit avec le ministère de l'Intérieur", déclare simplement l'Elysée à franceinfo.

Interrogé sur Europe 1 à propos de la limite fixée à 30 personnes, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a déclaré mercredi matin : "Il faut des règles claires, le fait d'avoir une jauge pour tout le monde, c'est clair."

Dans un communiqué publié mardi soir la suite de la prise de parole du président, la Conférence des évêques de France s'était dite "déçue et surprise" par la jauge de 30 personnes maximum, rappelant qu'elle avait proposé, pour sa part,"une occupation partielle de l'église au tiers de la capacité habituelle". Selon elle, la mesure est "irréaliste", "inapplicable" et "irrespectueuse de la réalité de la pratique religieuse des catholiques". 

"La période de l'Avent qui s'ouvre devant nous est un temps fondamental de préparation à Noël. Le rassemblement dominical constitue une étape essentielle pour les fidèles durant cette période", indiquait le communiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.