"La tension va être encore un cran au-dessus" : à un mois du Tour de France, la saison cycliste, version Covid-19, redémarre avec beaucoup d'appréhension

Le Tour de Burgos, du 28 juillet au 1er août, dans le nord de l'Espagne, est la première course professionnelle officielle depuis le confinement avec la participation des Français de la Groupama-FDJ. Des mesures sanitaires exceptionnelles et très coûteuses sont mises en place.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le coureur breton de Groupama-FDJ David Gaudu. (MARCO BERTORELLO / AFP)

C'est le grand jour pour les coureurs cyclistes. Après quatre mois d'arrêt, la saison reprend mardi 28 juillet au nord de l'Espagne avec la 42e édition du Tour de Burgos, de mardi à samedi. Cette course appréciée des grimpeurs en raison de son altitude est la première compétition cycliste professionnelle officielle depuis le confinement. C'est la rampe de lancement d'une fin de saison qui s'annonce chargée, ramassée sur trois mois et demi de compétition.

Une équipe française est au départ, la Groupama-FDJ d'Arnaud Démare et David Gaudu. Son leader, Thibault Pinot, reprendra lui sur la Route d'Occitanie de samedi à mardi. Les coureurs redémarrent sous haute surveillance à un mois du Tour de France.

200 000 euros de frais supplémentaires pour les mesures sanitaires

Fin février février, David Gaudu et sa formation Groupama FDJ se sont retrouvés confinés une quinzaine de jours dans leur hôtel d'Abou Dhabi après la détection de plusieurs cas de coronavirus sur le Tour des Émirats. Alors, au moment de reprendre la compétition, le jeune coureur breton ressent un mélange d'excitation et d'appréhension : "Je pense que dans le peloton, tout le monde va plus ou moins faire attention aux autres. La tension va être encore un cran au dessus".

Et pour éviter cette tension grandissante, des mesures sanitaires strictes sont respectées par les équipes. "C'est une grosse gymnastique pour nous pour les courses importantes, explique Jacky Maillot, le directeur médical de Groupama FDJ.  Par exemple, on a deux tests à faire, six jours avant le départ, trois jours avant le départ. Dans l'équipe, on n'aura pas d'invité. On s'est équipés de moyens pour désinfecter tous les bus, toutes les chambres d'hôtel et tous les véhicules." L'ensemble de ces mesures sanitaires représente, au total, pour la Groupama FDJ, une dépense supplémentaire d'environ 200 000 euros pour trois mois et demi de courses cette fin de saison, selon le docteur.

Un camion-laboratoire sur le Tour de France

Si un cas positif était détecté dans le peloton, l'Union cycliste internationale a pris d'autres dispositions, détaille Jacky Maillot : "L'UCI a demandé à chaque organisateur d'avoir un référent Covid. C'est lui qui va nous donner des directives. En gros, on peut supposer qu'on va organiser un dépistage. Nous, ce qu'on voudrait, en tant que médecins d'équipe, poursuit Jacky Maillot, c'est avoir des dépistages avec des résultats assez rapides parce que si on va dans un laboratoire à 30, 40 km, le temps de prendre rendez vous et d'avoir les résultats, le départ sera donné et on risque d'arrêter des coureurs qui sont tout à fait indemne de Covid. Sur le Tour de France, par exemple, on vient de nous donner des garanties comme quoi il y aura un camion-laboratoire ambulatoire."

Si le coureur est positif, ce sera mise en quarantaine et retour à la maison.

Jacky Maillot, directeur médical de Groupama FDJ

à franceinfo

"Après, on sera obligés de dépister tous les contacts et si on a plusieurs cas dans une équipe, ce sera quand même l'exclusion de tous les cas positifs, c'est évident.", confie le directeur médical. En mars dernier, quelques jours avant le confinement en France, un Paris-Nice raccourci s'était couru sans apparition du virus et avec des mesures d'éloignement du public qui seront reconduites pour le Tour de France, dans un mois maintenant. La Grande Boucle représentera un vrai test, le premier événement sportif mondial post-confinement.

La reprise de la saison cycliste internationale : écoutez le reportage d'Alexandre Vau - 0
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.