La France a connu une récession massive en 2020 avec une chute de 8,3% du PIB sur l'année, selon une première estimation de l'Insee

L'Insee a dévoilé une première estimation vendredi de l'impact économique de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 en France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un cuisinier prépare de nuit les commandes pour les livraisons à domicile dans un restaurant à Nice (Alpes-Maritimes), le 7 janvier 2021. L'avancée du début du couvre-feu à 18 heures a conduit de nombreux établissements à changer leurs horaires d'ouverture.  (ARIE BOTBOL / HANS LUCAS / AFP)

C'est du jamais-vu depuis la création de l'Insee en 1946. L'économie française a subi une récession massive en 2020 sous le coup de l'épidémie de Covid-19, avec une chute du produit intérieur brut (PIB) de 8,3%, selon une première estimation publiée vendredi 29 janvier par l'institut de la statistique. Toutefois, cette chute n'est pas aussi mauvaise que ce qu'anticipait l'Insee.

Ce dernier prévoyait en effet un plongeon du PIB d'environ 9%, mais l'économie française a mieux résisté au deuxième confinement à l'automne, avec un recul du PIB de 1,3% sur le seul dernier trimestre, pénalisé surtout par la chute de la consommation des ménages tandis que l'investissement et le commerce extérieur se sont redressés.

Le deuxième confinement moins douloureux que le premier pour l'économie

Le gouvernement tablait, lui, sur une chute du PIB de 11% en 2020, même si le ministre de l'Economie reconnaissait qu'il s'agissait d'une prévision prudente. Durant le deuxième confinement, la perte d'activité a été "bien plus modérée que celle constatée lors du premier confinement de mars-mai 2020" et, sur le dernier trimestre, le PIB "est inférieur de 5% à son niveau un an auparavant", souligne l'Insee.

La consommation a de nouveau baissé "fortement" (-5,4%) sur la période, en raison des fermetures de commerces, après un rebond de 18,2% au troisième trimestre. A l'inverse, l'investissement a poursuivi sa reprise, en hausse de 2,4%.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.