Jean-Christophe Lagarde (UDI) : "Marine Le Pen peut être élue présidente de la République"

Publié
Durée de la vidéo : 9 min.
lagarde 4V
France 2
Article rédigé par
C. Roux - France 2
France Télévisions

Jean-Christophe Lagarde, député et président de l'UDI, était l'invité des "4 Vérités" de France 2, jeudi 11 février.

Jean-Christophe Lagarde avoue dans les "4 Vérités", jeudi 11 février, que "Marine Le Pen peut être élue présidente de la République". "Les Français sont libres de leur choix. Leur déception vis-à-vis d’Emmanuel Macron est telle que ça peut survenir. Mais 70% des Français ne veulent pas de ce duel, et je pense qu’ils choisiront autre chose parce que personne ne peut les conduire à un choix qu’il refuse", ajoute le président de l'UDI.

"Il faut combattre le Rassemblement national, qui est resté le même que le Front national en essayant de présenter des atours plus respectables. Marine Le Pen et le RN cherchent à dire ce qui fait plaisir aux français, surtout ceux en colère. Un chef de l’Etat guide les citoyens, ce n’est pas quelqu'un qui les suit", poursuit-il.

"L’UDI se prépare à défendre ses idées en 2022". Ne pas soutenir le candidat LR à la présidentielle est “un changement que j’estime nécessaire”, mais "le choix du candidat UDI se fera à l’automne", explique le député de Seine-Saint-Denis.

"Inéluctable" reconfinement

"A la fin de l’été ou à l’automne, le nombre de personnes vaccinées contre le coronavirus va parvenir à nous protéger mieux et à nous faire revivre normalement", espère Jean-Christophe Lagarde.

"Il est important de retarder au maximum le montant où les variants du Covid-19 vont être si nombreux qu’ils vont faire monter l’épidémie très rapidement. Plus on gagne du temps, en cela la décision du gouvernement est juste, mais risquée, plus il y aura de gens vaccinés et plus on sera vers les beaux jours. Mais je ne crois pas qu’on évitera un reconfinement en mars parce que les variants ont déjà multiplié par quatre, ils vont continuer à le faire et quand ils vont être majoritaires, ils vont rendre les enfants contaminables et contaminants et ce sera difficile de contrôler l’épidémie. C'est-ce qui s’est passé partout ailleurs", assure le centriste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.