Interdiction de la vente à emporter à Paris après 22h :"Ce n'est pas un tour de vis mais un ajustement", défend le 1er adjoint à la mairie

Emmanuel Grégoire affirme que cette décision a été prise pour mettre un terme aux "attroupements" autour des commerces alimentaires et débits de boisson.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Grégoire, premier adjoint (PS) à la maire de Paris. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Ce n'est pas un tour de vis mais un ajustement", défend jeudi 5 novembre sur franceinfo Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, après la décision prise par le préfet de police de Paris ce jeudi d'interdire dès vendredi 22H la livraison et la vente à emporter de plats et de boissons entre 22h et 6h dans la capitale, afin de lutter contre l'épidémie de Covid-19.

"C'est une proposition qui a été faite par le préfet de police à la maire de Paris et elle a donné son accord parce qu'elle [Anne Hidalgo] soutient les mesures dès lors qu'elles sont nécessaires", argumente Emmanuel Grégoire.

"Des attroupements" autour des commerces 

L'adjoint à la maire ajoute qu'il continue "à voir des attroupements s'organiser dans le cadre des commerces qui sont autorisés à avoir des activités dans le cadre du confinement. C'est un petit ajustement, qui nous paraît s'imposer pour ne pas prendre de risques de contamination", insiste Emmanuel Grégoire,

Interrogé sur le dialogue avec l'exécutif, l'élu parisien demande "de la transparence et du dialogue". "Il faut des explications à nos concitoyens, sinon les gens n'acceptent pas", affirme-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.