Infographies Covid-19 : quels sont les départements où les indicateurs repartent à la hausse ?

Si l'objectif des 5 000 cas par jour semble encore hors d'atteinte, la situation épidémique cache de fortes disparités entre les territoires. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un service de réanimation, le 3 décembre 2020, à Bruges, près de Bordeaux (Gironde). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Le Premier ministre Jean Castex doit trancher, jeudi 10 décembre, et annoncer aux Français si le déconfinement aura lieu comme prévu le 15 décembre. Fin octobre, Emmanuel Macron avait conditionné la phase 2 de ce déconfinement à plusieurs critères, dont le seuil de 5 000 cas de Covid-19 détectés par jour. Avec 14 595 cas positifs enregistrés mercredi, l'objectif paraît hors d'atteinte. 

>> Covid-19 : les dernières informations sur l'épidémie dans notre Direct

Pour autant, la situation n'est pas uniforme sur l'ensemble du territoire. Certains départements semblent plus touchés par le rebond épidémique. Franceinfo fait le point sur les indicateurs.

Le taux d'incidence par département

Le taux d'incidence correspond au nombre de personnes infectées sur une semaine, rapporté au nombre d'habitants. Même si cet indicateur est à prendre avec des pincettes, car il reste fortement lié à la politique de dépistage, il permet malgré tout de suivre la dynamique de l'épidémie. 

Comme le montre la carte ci-dessous, des départements comme les Ardennes, le Doubs et la Haute-Savoie dépassent ainsi au 6 décembre les 220 nouveaux cas en sept jours pour 100 000 habitants. Pour mémoire, lors du premier déconfinement, un seuil de vigilance avait été fixé par le ministère de la Santé à 10 personnes infectées pour 100 000 habitants, et un seuil à 50 personnes infectées pour 100 000 habitants. A l'inverse, la Guadeloupe, la Martinique, la Charente-Maritime ou encore le Finistère font figure de bons élèves.

L'évolution du taux d'incidence sur une semaine

Mais il ne suffit pas de regarder le taux d'incidence à un instant donné. Pour vérifier la dynamique sur chaque territoire, il est important de suivre l'évolution de ce taux. Ainsi, si les Ardennes et le Doubs ont connu un rebond épidémique ces derniers jours, ce n'est pas le cas de la Haute-Savoie. Si le nombre de nouveaux cas en sept jours pour 100 000 habitants reste élevé dans ce dernier département, il est en décrue depuis le 28 novembre. 

Consultez l'évolution du taux d'incidence par département grâce à la barre de recherches.  

Le taux d'occupation des lits en réanimation par région

Pour faire le choix ou non d'une sortie du confinement, Emmanuel Macron a également annoncé qu'il regarderait le nombre de patients touchés par l'épidémie en réanimation (c'est-à-dire les cas les plus graves de Covid-19). Cet indicateur semble, lui, en passe d'atteindre sa cible. Mercredi, il a continué de diminuer légèrement, à 3 031 contre 3 078 la veille et 3 478 il y a une semaine, soit très près de l'objectif visé (entre 2 500 et 3 000).

Là aussi, la moyenne nationale cache des disparités régionales. Plusieurs régions sont tombées sous les 40%, comme la Corse, la Normandie, la Nouvelle-Aquitaine. C'est aussi le cas des départements d'outre-mer. A l'inverse, les services de réanimation de la Bourgogne-Franche-Comté et de la région Auvergne-Rhône-Alpes sont encore saturés. La région Bourgogne-Franche-Comté affiche même un taux de 106% par rapport au nombre de lits comptabilisés au 31 décembre de l'année dernière. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.