"Il faut que les touristes portent leurs masques" : en Martinique, la population craint une diffusion du coronavirus par les métropolitains

Avec 42 patients décédés du coronavirus depuis le début de l’épidémie, la Martinique est l’un des départements où la mortalité est la moins élevée de France. Mais l'arrivée de métropolitains infectés pourrait diffuser la maladie sur l'île.

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un centre de dépistage dans l'aéroport d'Orly près de Paris le 6 novembre 2020. (ERIC PIERMONT / AFP)

En Martinique, l’épidémie est sous contrôle avec un taux d’incidence très bas. Pourtant, dans la population martiniquaise, une inquiétude apparaît : et si les touristes qui arrivent de métropole pour les vacances de Noël ramenaient l’épidémie avec eux ?

En se promenant sur la plage à son arrivée en Martinique, Julie, une touriste, ne s'attendait sans doute pas à recevoir un tel accueil : 

On s'est fait acoster par une personnalité locale qui nous a dit assez sèchement de remettre le masque et de retourner d'où on venait avec notre Covid.

Julie

à franceinfo

Il y a une forme de colère qui monte contre certains métropolitains qui ont tendance à oublier les gestes barrières. Marie-Alice et Gérard vendent des friandises sur la plage : "Il faut que les touristes portent aussi leurs masques. En général ils ne le portent pas du tout. Ils ont l'impression qu'en Martinique il n'y a rien, que c'est normal en Martinique. Il faut qu'ils fassent tester les gens qui reviennent de la métropole depuis le départ et en arrivant ici."

Un second test

Il est vivement recommandé aux touristes de se faire tester une seconde fois quelques jours après leur arrivée sur l'île. Mais les métropolitains rencontrés par franceinfo n'envisagent pas de passer un nouveau test : "Comprenez bien qu'au bout de sept jours, des fois, les gens n'ont pas envie de s'embêter à refaire le test PCR."

De toute façon, impossible de tester tous ces touristes : 1800 personnes arrivent chaque jour par avion sur l'île. C'est plus que le nombre de tests quotidiens que peuvent réaliser les laboratoires de Martinique. Pourtant, ce second test est très important, selon Pierre Bancons, biologiste médical au laboratoire Bio Lab : "Nous, on est une île, et à partir du moment où la circulation virale est maîtrisée, s'il n'y a pas de virus importés de l'extérieur, il n'y a pas de raison que la situation change."

Dans notre situation insulaire, on a tout intérêt à recontrôler les gens.

Pierre Bancons

à franceinfo


Un second test capital, surtout quand on sait que beaucoup de touristes arrivent en Martinique munis d'un test antigénique négatif, un type de test dont la fiabilité est parfois contestée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.