Fête de Joinville-le-Pont : "Si on veut que le confinement dure plus longtemps, on fait ce genre de bêtises", dénonce le docteur Jérôme Marty

Le médecin généraliste a dit sa colère, ce dimanche sur franceinfo, après cette soirée qui a rassemblé plus de 300 personnes dans un pavillon. Il craint que les participants à la soirée de Joinville n'aillent pas se faire tester. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un centre de dépistage, le 27 octobre 2020. (MARTIN BERTRAND - HANS LUCAS / AFP)

"Si on veut que le confinement dure plus longtemps, on fait ce genre de bêtises", réagit ce dimanche sur franceinfo le docteur Jérôme Marty, médecin généraliste et président de l’Union Française pour une Médecine Libre, après la tenue d'une fête clandestine qui a rassemblé plus de 300 personnes dans la nuit de vendredi à samedi à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) et pour laquelle trois personnes ont été interpellées dimanche matin. Les autorités ont appelé les participants à se faire tester, étant donné qu'un fêtard est positif au Covid-19.


En plein confinement, une telle fête c'est forcément dangereux?


C'est assez dramatique parce que quand on est assez imbécile ou débile, pour faire ce genre de soirée, 300 personnes dans 350 mètres carrés, dans un lieu clos, on peut se demander à quel point les gens qui y ont participé vont oser aller se faire tester et ne vont pas se cacher en quelque sorte. Ils risquent de perdre du temps et de contaminer d'autres personnes parce qu'ils craignent de se faire tester et en quelque sorte d'être pénalisés si on découvre qu'ils ont participé à ce type de soirée. En ce moment même, il y a des services de réanimation qui sont en tension. Il y a des commerçants et des artisans qui meurent au sens propre, économiquement, et si on veut que le confinement dure plus longtemps, on fait ce genre de bêtise !


Est-ce qu'une seule personne malade, vu les circonstances, c'est-à-dire en milieu clos, peut contaminer tout le monde?

Si c'est un "super-spreader", un super contaminant, une seule personne peut en contaminer plusieurs dizaines. On sait que la particularité de cette pathologie, c'est que 10% des gens contaminent 90% des autres. C'est-à- dire que vous pouvez être malade et contaminer peu, mais vous pouvez être malade et contaminer beaucoup, y compris en étant asymptomatique. Pour autant, malgré cette fête, je ne crois pas que ça veuille dire que les Français ne respectent pas le confinement. Je crois que c'est très particulier. Ce qui est sûr, c'est qu'on voit que les courbes sont en train de s'écraser fort heureusement, le taux d'incidence baisse. Le R0 passe en dessous de 1, ça veut dire qu'une personne contamine moins d'une personne. Donc, l'épidémie commence à régresser, ce qui prouve bien que l'immense majorité des Français respectent les mesures barrières et que ça commence à payer. Oui il y a des débordements, il faut certainement les cibler et les pénaliser.

Avec la crise sanitaire, le conspirationnisme revient sur le devant de la scène avec ce film documentaire "Hold-up" qui contient de nombreuses fake news et qui a déjà été vu des centaines de milliers de fois. Est-ce que ça vous inquiète?

Beaucoup, parce que ça fait quelques semaines maintenant que les médecins, et en particulier les lanceurs d'alerte et ceux qui travaillent à signaler pourquoi cette maladie avance, comment elle avance, comment les centres de réanimation sont surchargés, pourquoi il y a des risques de tri des malades, et bien ces médecins-là sont menacés, reçoivent des menaces parfois de mort, de la part de gens qui sont totalement inféodés à ce type de théories. Ce que l'on craint, c'est que quelqu'un de déséquilibré prenne ces théories au pied de la lettre et aille agresser un médecin, donc il faut que cela cesse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.